Forum Rpg sur l'univers d'Halo
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Opération Deep Fire - Surface

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mar 15 Oct 2013 - 4:19

- Bon en avant, c'est l'heure de la fête !

Je regardais devant moi ; la pluie battante venait s'abattre sur ce triste endroit qu'étais Jericho VII monde de corruption, monde de déchéance ou seul la désolation et la mort attendait quiconque osai se dresser contre ce destin, cette fatalité que tout être devait payer un jour ou l'autre.

Regardant un dernier instant le ciel orageux avant l'assaut, les gouttes de pluie venant ruisseler le long de ma visière alors que je fermais les yeux dans un dernier soupire, une hésitation ? une seule et c'était non seulement ma vie, mais la vie de mes hommes qui allaient disparaître à jamais dans ce bourbier sans nom qu'était cette planète...  J'avais beau haïr les insurgés de chaque fibre de mon corps, leurs assauts nucléaires, leurs attentats mais d'une certaine façon nous cherchions tous la même chose, une paix durable ; que ce soit par la force ou la dissuasion.

À sa façon l'homme à toujours été en quête de réponses à ses questions, à vouloir tout comprendre et tout contrôler... J'étais bien l'une des dernières preuves vivante de cette folie humaine, ce désir de pouvoir et de violence m'envahissait petit à petit et j'aurais beau faire ce que je considère être juste, je ne serais jamais Humain physiquement, mais je le resterais dans le coeur et ce jusqu'à mon dernier souffle.

Combien d'années c'étaient écoulées ? Combien de vie avaient été sacrifiés en vain ? Cette guerre n'avait que trop durée et il était grand temps d'y mettre fin. Combien de temps l'Homme pourrai survivre à ce Génocide de masse ? L'Humanité avait besoin d'Héros et d'Espoir, d'un symbole pour continuer à ce battre et continuer de lutter non pas en tant que soldat non pas en tant qu'Homme mais en tant que Gardien de la Liberté, un Pacificateur, un Paladin.

Avançant lentement dans la boue et la désolation prêt de ce camp insurgé, ayant pour compagnon des inconnus et des bleues. l'Un m'intriguait tout particulièrement non pas par sa petite taille, son nom de famille ou ses répliques pour le moins désobligeante digne d'un film de seconde zone du XXI ème siècle c'était différent de tout cela, il avait du talent et surtout le cran pour être ODST. Le Plan d'action que nous allions effectué était pour le moins simple, mais risqué : S'introduire avec une petite équipe dans le complexe militaro-industriel insurgé télécharger les informations au QG et s'ex-filtrer avec le V.I.P.

Après avoir placé les système de grappin au bout de mon SRS99C-S2-AM avant de faire feu au dessus d'une fenêtre avant de le fixé fermement le filin à un arbre suffisamment robuste pour soutenir le poids d'un homme. je me dépêcha ensuite de me mettre en position pour faire un tir de couverture, installant très rapidement mon bipied alors qu'Hordika empruntait en premier la tyrolienne brisant alors la vitre avec ses pieds avant de se retrouver devant une demie douzaine d'insurgés qui fut un par un aussi ensanglanté que leurs blason qu'ils défendaient si ardemment, alors qu'un autre insurgé armé d'un fusil à pompe allait enfoncer la porte se trouvant au revers des mes hommes, sa boîte crânienne fut transpercer avant de tout simplement se répandre sur le sol, l'autre se trouvant à quelques pas de là reçut également le même châtiment au détail que l'impact de la balle le cloua littéralement au mur venant au passage briser 1 ou deux écrans.
Après avoir réajusté la mire de ma lunette sur la première classe et avoir balayé la zone avec mon VNA, la zone avait été libéré de l'oppresseur c'est alors qu'après une ultime vérification, je mit machinalement mon fusil de précision dans mon dos avant d'emprunter la tyrolienne afin de m'infiltrer avec le reste de mon groupe dans le complexe ennemi.

- Bon boulot soldats. O'brian? Vous fouillez les corps. Hordika, vous prenez ce clavier, et vous m'envoyez tout ce qu'il y a dans cette machine à l'UNSC.

Un éternel soupire, non pas d'ennuie mais de symbole de calme, mes nerfs étaient à vifs, le doigt sur la gâchette prêt à envoyer quiconque passerai par là dans l'autre monde sans hésiter ne serais-ce qu'une simple seconde, derrière ma visière rubis j'observait la première pianoter sur son clavier observant avec la plus grande attention chaque données envoyé à l'UNSC, le SRN était toujours présent quoi qu'il arrive. Ils étaient au courant pour les Covenants depuis le début et cela n'a pas empêché le monde de sombrer en terre du crépuscule... là ou il n'y a n'y vie n'y mort, seulement l'éternel attente d'une quelconque délivrance...

- Sergent? Il y a un problème avec les données. La majorité du contenu que je vais envoyer avait déjà été encrypté et envoyé ... à ... ... Qu'est-ce que c'est que cet identifiant? c'est pas sensé exister ça ...
- Ed? Tu te souviens de ton bouclier humain?
- Brièvement, on a pas spécialement eut le temps de faire connaissance ...
- Et bah tant mieux. Service spécial du SRN. T'as utilisé un spectre comme bouclier contre les rebelles mon gars.

Le SRN... Encore et toujours le SRN je n'avait que d'autre choix de rester muet devant cette révélation... Ces enfoirés, ces fils de putes m'on envoyé à la mort moi et mon équipe et le sang de la liberté avait encore une fois été versé en vain... Il était temps que cela cesse une bonne fois pour toute.

- Si vous le dites, je suis officiellement porté disparu au combat, et réellement mort ... Sergent? Notre VIP est dans le bâtiment. A trois salles sur la gauche plus précisément, avec 2 gardes.

Le SRN pourrait attendre, désormais l'objectif était de finir la mission et d'ex-filtrer mes gars, le reste n'avait pas grande importance mais plus tard des têtes viendraient à tomber, mais il était bien trop tôt... sans appui digne de ce nom il n'y avait rien d'autre à faire que la fermer et écouter les ordres. C'est donc après avoir rapidement vérifié l'attache magnétique de son fusil de sniper et sorti ses deux M6C-Socom que le groupe se mit en marche ayant pour objectif de secourir le V.I.P pendant que l'autre équipe protéger le bâtiment.

On bouge.

Le petit groupe rompit sa formation venant entrer dans un corridor menant à la pièce dans laquelle était enfermé la "cible" c'est donc après éliminer toute résistance et soigné une plaie superficielle. Le petit groupuscule rompit la formation à l'intersection d'un corridor au même moment que quatre insurgés déboulèrent de la salle pour défendre le transfuge tellement convoité par le CSNU et le SRN également si l'on rassemblait toute les preuves...

Les rebelles n'eurent le temps de s'annoncer qu'ils embrassèrent le sol de leurs crâne dégoulinant d'hémoglobine. Je fut le premier à entrer dans la salle ou le V.I.P eu été enfermé, une petite salle lugubre. Il était dans un sale état : Une cagoule noir sur la tête, probablement une ou deux côtes cassés et avait les pieds et mains lié à une chaise aussi décrépit que ce complexe...  
Après avoir aidé le Transfuge à se lever pour le soutenir par l'épaule je regardais l'écran des Télécommunication qui transmettais des informations pour le moins... intéressantes..

- ...dans la base du CAM. L'UNSC nous attaque ! Nous demandons un soutien de toute urgence !"
Sergent? Vous devriez venir écouter ça ...
- Vous entendez ça? Ils viennent de faire sauter la porte ! Que quelqu'un vienne nous aider ou le canon à accélération magnétique est perdu !

- Oh merde ! Putain de merde ! Je veux pas crever ! Envoyez du renfort, s'il vous plait, je vous en supplie !
- Continue à crier, je veux que tes enfants t'entendent.
- Des renf...

C'est à ce moment là qu'un tire de fusil à pompe vint terminer la phrase de l'insurgé, Bravo avait donc déjà atteint le premier CAM c'était une très bonne chose, ils n'étaient donc plus très loin du complexe ce n'était qu'une question de minutes mais désormais toute les troupes ennemis seraient en alerte et cela ne serait pas de très bonne augure...

- Vous auriez dû voir la tronche qu'il faisait, "oooooh je vais mourir", jamais vu quelqu'un ouvrir la bouche comme ça ahaha...Au fait, félicitations ! Vous venez de perdre un CAM !

- Bon mes cailles, on passe aux choses sérieuse, nous avons 15 minutes à tenir avant que nos amis arrives préparer vous !

C'est donc après avoir confié le Transfuge à O'Brian et posé mon bardas à terre avant de sortir la charge explosif prise dans le camion plus tôt, pour ensuite la placer contre un pilier porteur situé au milieu avant de l'activer avec un minuteur de 20 minutes, le temps d'attendre Bravo et d'ex-filtrer le V.I.P c'est donc après avoir activé la charge de démolition que j'ouvris une transmission sur le canal TeamCom pour m'adresser à mes hommes.

- Préparez-vous à l'assaut nous devons tenir la zone, nous devons tenir la zone et dans exactement 20 minutes, tout le complexe explosera et les rouges savent que nous sommes là et des renforts insurgés sont probablement en route, vérifiez vos armes et munitions, Bravo est en route.

Les choses allaient très rapidement changer en cette enfer qu'était Jerricho

HRP > Bon les enfants amusez vous bien, je vais me coucher xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Providence
Destinée
avatar

Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mer 16 Oct 2013 - 17:21


Jerricho était un véritable bourbier..

Déjà 10 minutes s'était déroulé depuis l'activation de la charge, l'équipe Alpha défendait ardemment le complexe des troupes insurgés, c'était sans compter sur l'apparition des renforts rebelles qui convergeaient en masse en direction de la base désormais aux mains du CSNU.

Les défenseurs de la liberté avaient donc l'ascendant sur les insurgés venant à les repousser dans un premier temps sans grande difficulté, mais le combat était loin d'être achevé et Bravo n'était plus très loin.

En ce qui concerne le premier Canon à Accélération Magnétique, le caporal Sorince désormais en charge de l'escouade Bravo eu ordonné de déclenché les charges provocant sa destruction totale mais cela n'était sans ce douter qu'un ennemis beaucoup plus puissant que les rebelles était en marche sur la planète.

C'est alors qu'un grondement ce fit entendre dans toute la vallée suivit de près par une explosion aux teintures bleutées, le dernier CAM était entrain de faire feu, venant craché la mort dans un dernier temps avec d'exploser à son tour. Bravo était donc confronté à un choix allez enquêter sur place ou venir sauver Alpha, une chose était certaine c'était le début des surprises pour les habitants de Jerricho.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Lun 21 Oct 2013 - 22:47

O'BRYAN! JE T'AI DIS COUVRE MOI PUTAIN, TU APPELLE CA UN TIR DE BARRAGE?
DÉSOLÉ ED, MAIS POUR RESTER POLI TON POPOTIN EST LE DERNIER DE MES SOUCIS LA!

Le comble de la performance de deux ODST au cœur de l'action, tour à tour en train de tirer sur tout ce qui bougeait ( et tirait en retour au passage ). Et tout ce qui bougeait, pour l'immense majorité, c'était des rebelles. Logique, la base leur appartenait, on pouvait comprendre qu'ils tentent de la défendre du petit contingent de braves soldats d'élite de l'UNSC qui s'y étaient introduit au nom de la liberté et de la souveraineté terrestre. Théoriquement, c'était bien joli, mais en pratique, c'était carrément la grosse m*%ù$ à peu près partout où Edward posait les yeux. Parce que 8 soldats, fussent-ils d'élite, contre une centaine voir plus, c'était en général du suicide complet. Heureusement pour le TCAO et ses confrères, beaucoup de rebelles utilisaient des SMG ou des fusils à pompe pour se défendre. Edward était passablement lourd en munition, ce qui était plutôt bien vu étant donné qu'ils n'avaient pas fini de faire de la boucherie de masse dans le coin.

Alors qu'il balancait ( avec une précision appréciable, mais pas parfaite ) un chargeur brûlant de sa mitraillette dans la figure d'un ennemis suffisamment stupide pour sortir sa tête de son couvert plus de 3 secondes, edward glissa brusquement sur le sol sous l'effet d'une secousse. Un grondement sourd parvint également à ses oreilles, de même que quelques parasites radio. Tapotant son casque pour qu'il cesse de grésiller, l'ODST sentit un éclat de béton lui percuter la main, et rajusta un peu sa position pour ne plus être exposé du tout depuis sa fenêtre. La coure sur laquelle donnait la salle de commande avait beau être un véritable centre de tir au pigeons, le nombre d'objets ( et donc de potentiels couverts ) qui y étaient situés était assez fantastique. Et Edward et O'brian avaient beau faire tout leur possible, leurs balles n'étaient ni à tête chercheuse, ni incendiaires ( on aurait eut un beau carnage dans le cas contraire ) ni perce-blindages. Mais cette secousse était vraiment étrange ... Détournant les yeux, Ed se releva de son couvert en veillant à ne pas s'exposer inutilement pour autant, et s'approcha de l'ordinateur, se mettant à pianoter sur le clavier.

Le second cam ne répondait plus du tout ... Pourtant bravo était sensé les rejoindre directement et il n'y avait pas d'autre équipe sensé s'occuper de cet endroit dans l'immédiat ... Cette mission sentait le pâté jusqu'à l'os.

Edward?
Quoi, tu as besoin de la présence de mon popotin à tes cotés pour te couvrir?
Arrête les blagues de cul une minute, t'as pas noté un truc sur la coure?
Qu'elle est bourrée de types qui veulent nous changer en viande hachée?
Ya aussi 3 tourelles en réserve.
Quel genre?
Du genre que la salle de contrôle peut activer.

Edward marmonna un "Pourquoi je savais qu'il dirait ca ... avant de s'installer de nouveau dans le siège, plisser les yeux, et se mettre de nouveau à fouiller l'ordinateur, passant d'un des 3 écrans à l'autre en affichant une mine concentrée derrière sa visière opaque rouge. Les informations défilaient rapidement sous ses yeux, et ses doigts s'agitaient comme une bande de beau diables sur le clavier, tentant diverses recherches et autres méthodes pour trouver le programme de contrôle de ces foutues tourelles.

Euréka!
Tu sais que quand Archimède a dit ca il est allé se promener à poil dans la rue en criant parce qu'il avait trouvé un principe de physique?
T'es ... Dégueulasse O'brian. Bon, non seulement j'ai réussi à ravoir les tourelles du complexe, mais je les ai programmé pour tirer sur tout ce qui ressemble à un aigle écarlate, un poing écarlate ... Enfin, en essayant de ne pas rendre le motif trop vague. Je sent qu'on doit avoir un ou deux officiers qui se feraient descendre parce qu'ils sont couverts de sang sinon.
Quand t'auras finis de m'expliquer ton nouveau joujou, tu voudras bien me filer un coup de main? Mon bandage s'est défait.

Pestant, Edward sauta de son siège, et glissa sur le dos jusqu'à la position de son confrère ODST histoire de reprendre le morceau de tissus autour de son bras, et de le re-nouer, le serrant solidement.

T'sais que la bravo a une infirmière?
Ouais, mais elle servira à rien si on est mort quand elle arrive.

Considérant comme assez juste ce genre de réflexions, Edward retourna à son programme, qu'il lança en mode automatique, avant de revenir à sa fenêtre de départ et de recommencer à aider son collègue à arroser tout ce qui s'opposait à l'autorité terrienne. Ils le méritaient probablement, de toute manière. Et dans le cas contraire ... Boarf. Ce n'était pas comme si Edward dormirait plus mal ce soir là pour autant.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 21
Localisation : CLASSIFIED
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Dim 27 Oct 2013 - 17:14

9 février 2535 - Système Lambda Serpentis - Jericho VII - Zone Rouge - Caporal ODST Jeck.S Anderson - Escouade AEGIS

Les explosions, la poussière et le sang, tout cela ne lui était pas inconnue, Anderson ne regardait pas les combats, il les subissait, voilà quelques minutes que les choses sérieuses avaient commencé et l'on venait de leur annoncer l'arrivée de renfort, jusque-là aucune surprise pour lui et ses hommes, son SMG7-S en main, il longé un mur n'isolant aucunement le carnage et le bruit des bottes qui filent dans toutes les directions, « décidément, c'est à croire que l'homme n'évolue pas dans la guerre » toujours le même constat, toujours les mêmes précipitations et toujours les mêmes erreurs pour les rattraper, l'infiltration n'été plus demandée, maintenant seul l'action et la discipline gouverner.

- On se bouge ! dit-il à Moralez tout en se détachant du mur qui jusqu'à maintenant les laissés en retrait, il prit par surprise une dizaine de rebelle aussi peureux que surpris. Les Balles des deux ODST soufflaient d'une allure aussi rapide qu'habituel, dans la guerre, le doute n'était que pour les faibles.
Les deux ODST continuer de courir dans un couloir qui laisse une vue sur la cour d'entrainement des rebelles, d'en haut seul les flammes et les cris étaient visibles, mais d'en bas, seule le courage et la détermination compter pour survivre. Le sang continuer de couler et cette situation n'était pas prête de s'arrêtait, soudainement une balle de Sniper surgit devants les deux hommes.

- Sniper ! Aussitôt dit Anderson était maintenant à terre avec son collègue, il put apercevoir par la fenêtre du couloir qui donne sur la cour le tireur en question. Il vérifia sur sa visière tactique la position de Djerin et alluma sa liaison COM envers ce-lui-ci.

- Djerin, j'ai un Sniper à l'ouest de ta position, tu peux t'en occuper ?!
- Bien reçus.

Le canon de l'ODST souffla et le rebelle tomba, il pouvait maintenant avancer le temps ou Djerin les couvrait, c'était avec habitude et sévérité que Jeck progresser avec la première classe dans les pattes. Une porte était au bout du couloir.

- Couvre nos arrières Soldat, je ne tiens pas à manger une balle dans la nuque.

Jeck ne voulais pas prendre de risque, même si rester chez soi aurait était l'une des décisions des plus raisonnables, « celui qui ne chérie pas la peur ne peut connaître sa valeur ». Lui avait dit un jour son père, un léger sourire pris place sur ses lèvres, son père, dans une situation comme celle-ci, il pensait encore au vielle homme qui lui avait tant appris sans même se douter que Jeck sens souviendrait, Anderson c'était juré de retourner le voir le jour où celui-ci l'accepterais, reconnaîtrais le soldat qu'il était devenu, mais comme à son habitude, Anderson a fui, il fuyait les idées de son père, les hauts fait accomplie jusqu'à maintenant n'était que foutaise et sang, il ne pouvait regarder son fils sans pensé qu'il n'était qu'un tueur avide de se noyer dans l'oubli de toute penser et de toute idée qui lui était propre. Il était un Soldat et cela son père ne pouvais si résigner.
Oubliant les belles paroles dite plus tôt, il regardait une grande salle pleine de barils et de plusieurs caisses d'armes, Jeck n'y croyez pas, il était maintenant dans le stock d'armement des Rebelles, sans doute le seul de toute la base.

- « D'une pierre deux coups comme on dit »

Anderson prit son DMR et ce mis à tirer sur l'un des Rebelles qui étaient de passage, pas assez discret et trop armer, celui-ci ce vis tuer d'une balle dans la tête, Jeck avança vers l'homme mort puis ce mis à couver derrière l'une des caisses qui visiblement donner une protection parfaite vers le reste de la salle, il accueillait les quelques hommes armée qui venait de voir leur collègue tomber avec les puissante balle de son Fusil de combat, il y avait au moins 30 hommes dans la zone de stockage, Anderson activa une grenade à fragmentation et la lança sur les 5 hommes qui suivirent le 7ème mort, profitant de cette occasion pour recharger, il se déplaça sur la droite de la caisse d'arme-ment et eu la stupéfaction de voir un rebelle avec un Jack-Hammer les viser.

- Moralez bouge-toi ! le souffle de l'explosion les emporta tous les deux, mais heureusement le choc ne fut pas aussi terrible que la déflagration le laisser penser, le caporal et sa recrue se prirent un mur solide, mais à la fois qui leurs sauva la vie « j'ai connu pire » se dit-il.
Anderson ce releva et tira une balle de DMR dans le cœur du tireur « et merde, sois plus vigilant » dit-il en ce maudissant, il jeta un rapide regard sûr Moralez qui venait de se relever. Quelque rebelle derrière quelque caisse hurler des phrases qui ne faisaient que laisser place un sourire venant de Jeck.

- Ils sont là !  s'écrier-t-il.

Anderson fus aussi vif que rapide et se mit derrière l'une des caisses de munition qui était à ses côtés, le Soldat Moralez semblait lui aussi bloquer derrière sa protection, il était maintenant attaqué de front et leur cachette n'était plus qu'une simple caisse d'armement, Anderson réfléchissait, il cherchait un moyen de sans tirer et c'est là qu'il remarqua l'un des tuyaux de gaz jaunie à la droite des rebelles, un élément par-fait dans les situations désespérer, mais risqué pour une mission comme celle-ci. Il fit signe à Moralez de se tenir prêt, puis il tira dans celui-ci avec un tire précis de son Fusil de Combat, qui n'en était pas moins expert, l'explosion emporta les quelques rebelles trop rapprocher et Anderson fit signe à Moralez de balancer une grenade pour accueillir les quelques survivants au massacre, l'explosion était puissante et un incendie ce mis à ravager le complexe mais heureusement pour eux le système anti incendie finis par s'enclencher, leurs évitant bien d'autres explo-sions, Anderson et Moralez à c'est côté ouvrir l'une des portes donnant accès à l'ex-térieur, il se mirent à couver le dos rapprocher à un muret, Jeck prit et lança une grenade à Fragmentation ce qui eut le succès de créer encore plus de trouble dans le camp adverse déjà bien déborder par la situation extérieure, alors que les tourelles crachaient la mort, les balles déchirer les chaires putride des re-belles pleins courages et de haine, le sang et l'action étaient à son comble, prenant son DMR Anderson tirer sur des rebelles ce dirigeant vers leurs positions, mais une grenade à fragmentation eu le malheur de se poser à côté de son coéquipier. Les deux hommes firent un bon aussi vif que risquer afin de plonger se mettre à terre près d'un autre muret devants le bâtiment rebelle.

- Les salauds, Anderson prit un autre chargeur et tira à vive allure dans la tête des rebelles laissant dépasser leur tête de leur cache désespérer.
Une explosion ce fit entendre, mais Jeck n'y prêter plus attention, ils devaient combattre pour leurs vies et leurs missions, il ne restait que 5 minutes à tenir, mais aller-t-il s'en sortir, cette question resta sans réponse dans l'esprit du Caporal.

_________________



Spoiler:
 


"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
John Anderson
Marines, Sergent
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 19
Localisation : là où il y a du covenant
Humeur : comme d'habitude
Date d'inscription : 22/08/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte : n/a
Arme n°2 : DMR

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Lun 28 Oct 2013 - 19:33

John poussa un soupire de soulagement lorsque le hog de transport s'arrêta, même si cela signifiait la reprise des hostilités. Il y avait eu une sorte de grosse explosion bleutée vers le dernier CAM, il y avait 5 minutes, alors qu'ils étaient encore en train de rouler, et dont le souvenir encore frais rendait les soldats du CSNU nerveux. Le caporal, désormais en charge de l'escouade (John l'apprit par les bavardages des autres passagers du véhicule, étant inconscient au moment de l'annonce officielle), n'avait encore rien dit à ce propos. Surement était-il concentré sur leur problème du moment, à savoir la prise du deuxième checkpoint du FLC. Etant plus proche de la base, John s’attendait à plus d’acharnement à sa défense que pour le premier, surtout après la destruction du premier canon CAM. A moins que les ODST n’aient réussit à s’occuper du problème en amont. Mais bon, si il avait bien compris quelque chose dans les évènements qui avaient récemment secoués sa vie, c’était bien qu’il ne fallait jamais se reposer sur les autres.

Lorsque le caporal donna le signal de l’attaque, John s’avança vers l’avant poste, légèrement en retrait par rapport aux autres marines, tirant avec son MA37 en veillant à ne pas trop s’éloigner du Warthog qui les couvraient de sa mitrailleuse lourde. Evidemment, cela se révéla légèrement plus ardu que lors du premier assaut, sans pour autant égaler la défense du CAM. Lorsque le premier militaire tomba sous balles rebelles, les autres jugèrent bon de s’abriter. Le rebs qui avait tiré devait être sacrément habile car une balle toucha l’épaule gauche d’un marine, pas loin de l’ancien chercheur. John, dont le bras touché à peine un quart d’heure auparavant, décida de rester accroupi pour éviter de ressubir une opération, surtout sans anesthésiant. Il troqua son fusil d’assaut pour son fusil de combat DMR pour essayer d’aligner le snipeur. Après trois tirs infructueux, le rouge finit par se faire tuer (balle perdue ou tir allié, John n’en avait aucune idée). Il continua à avancer, en prenant soin de toujours rester à couvert. Il toucha un soldat rebelle en pleine poitrine alors que ce dernier allait prendre un groupe de deux marines par revers, sur sa gauche. Soudain, une douleur au bras le fit s’arrêter. Il s’assit dans la boue, dos à un muret et inspira longuement. Sa vue se brouilla. La douleur s’intensifia et contamina son buste et sa tête. Puis, aussi soudainement qu’elle était apparue, la douleur disparue. Peut-être un effet post-traumatique de sa blessure. Ou une douleur psychosomatique dut au stress subit dans l’armée. Ou encore une simple crise d’hypoglycémie. John n’avait aucune idée de ce qui venait de lui arriver. Il faudrait peut-être qu’il consulte un médecin de l’armée, pour éviter que cela n’arrive lorsqu’il serait en mauvaise position. Voir face à des Covenants! Reprenant ses esprits, le soldats se reconcentra sur le champs de bataille. Il n’y avait guère plus de quelques rebelles encore vivant. Deux ou trois minutes furent nécessaires pour que le checkpoint tombe totalement aux mains du CSNU.

A la fin du combat, John regarda les autres soldats. Il n’y avait pas eu de morts du côté de l’armée régulière. Le soldat qui avait été touché au début de l’affrontement s’était simplement pris une balle dans le bassin. La toubib arriverait surement à le sauver, mais c’était foutu pour lui pour la reprise des combats. Aucun autre homme n'avait était sérieusement blessé, tout du moins rien qui ne les empêcheraient de combattre au prochain assaut. Le marine vérifia la quantité de munition encore présente dans ses armes et remonta dans le hog de transport, retrouvant les autres marines assis à l’arrière en plus ou moins bon état, prêts à rejoindre le prochain objectif. Le moment se rapprochait où la mission arriverait à sa fin et où il pourrait se reposer, ou partir vers quelque chose de plus intéressant, comme des Covenants, par exemple.

HRP : Bon, un post pas super long mais ça permet d'avancer en attendant celui de notre chef d'escouade insomniaque Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mar 29 Oct 2013 - 1:05

Djerin, j'ai un Sniper à l'ouest de ta position, tu peux t'en occuper ?!

Bien reçus.

Déjà une dizaine de minutes que Djerin abattait rebelle sur rebelle, la Bravo tardait à arriver depuis cette explosion étrange, et les munitions commençaient à manquer, il lui restait moins d'une demi douzaine de chargeurs. Il visa le rebelle qui jouait avec un fusil trop grand pour lui et lui permis de se lancer dans la décoration monochrome d’intérieur. Ce bleu tirait depuis une coursive sur un bâtiment trop éloigné pour aller lui faire les poches. Djerin alluma encore une poignée de rebelle qui se dirigeaient vers la porte ou étaient entrés Jeck et Moralez. Il y eut soudain une explosion depuis cette même porte. Les deux ODST sortirent du bâtiment par une entrée latérale, et Djerin se déplaça pour leur filer la main avec son dernier chargeur. Une fois les balles plantées dans des cranes de rouges, Djerin mit son fusil en bandoulière et prit sa M7.

Dites Caporal, vous n'auriez pas une idée de l'endroit ou je peux trouver des munitions, je suis un peu en rade la...

Le dépôt d'armes ennemis ça vous va ? On a fait quelque dégât mais il doit rester une ou deux caisses de munitions encore en état...

Parfait, merci caporal.


Djerin prit une corde dans son barda et l’accrocha à sa ceinture il arrima l'autre bout a la rambarde du toit. Puis il se jeta dans le vide, ne se rattrapant qu'a quelques mètres du sol. Le choc lui vrilla l'épaule et le bras et il poussa un cri. Mais au moins il était descendu suffisamment rapidement pour ne pas risquer de se faire plomber. Ayant coupé la corde, il entra dans le bâtiment par la même porte qu'étaient sortis ses collègues. Les cadavres et les morceaux de caisses brûlés jonchaient le sol et Djerin poussa un sifflement sonore avant de partir à la recherche de munitions de S2. Il ramassa au passage un jackhammer à moitié vide qui traînait au sol pour tomber sur une caisse éventré de munitions de sniper. Il prit une trentaine de chargeurs propres qu'il cala dans son sac. Deux rebelles pénétrèrent dans la pièce. Djerin saisit rapidement sa M7 pour les mettre en joue et les descendre. Une grenade entra seule dans la pièce, et Djerin se cacha derrière sa caisse de munitions. Une poignée de rebelles entrèrent et se mirent a le chercher ou a fouiller les caisses restantes. Djerin compta jusqu'à trois en sortant quatre couteaux puis il jaillit de son abris lançant deux lames et se jetant sur un troisième rebs lui plantant les deux autres entre les omoplates pour le porter comme un bouclier. Il arrosa au hasard avec l'arme du mort pour coucher les rebelles puis élimina ceux qui étaient blessés.

Quand il ressortit de la réserve, il avait gardé le jackhammer pour tirer sa dernière roquette sur une fenêtre qui semblait posséder plusieurs tireurs. Il partis ensuite se cacher en rampant derrière un muret en arrosant ça et là les rebelles qui montraient le bout de leurs vilains nez. Économisant ses munition de fusil désormais. Soudain, il eut un doute.

Bordel, et le VIP dans tout ça ?

Il consultât les cartes et tenta de faire un petit circuit pour se rendre sur la position du Sergent. Il parti en courant, de retour dans la battisse principale. Sa progression ne fut ralentie par aucun ennemi, arrivé à trente mètre de la pièce, il tourna pour reculer rapidement. Une trentaine de Rebelle étaient la. Ils tentaient d'entrer dans la pièce blindée, repoussés par le sergent. Djerin dégoupilla une grenade pour la faire glisser au milieu des rouges. Dès qu'elle eut sautée, Djerin piqua un Sprint vers la porte et rejoignis son supérieur dans une glissade. Ce dernier gratifia le jeune ODST d'un hochement de tête et lui fit signe de le rejoindre dans sa position défensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calius Slyter
Marines, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 21
Date d'inscription : 18/06/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mer 30 Oct 2013 - 22:05

Calius sortit de son Warthog après 5 minutes de route vers l’avant poste. Alors que le deuxième CAM venait d’exploser dans une explosion violette, avant que celui-ci puisse tirer son dernier obus. Le programme était de nettoyer le dernier avant poste puis de choisir entre d’aller sauver les ODST, ou de partir voir le dernier CAM, et de savoir pourquoi il avait explosé. Une fois arrivé sur place, les tourelles des Hog, ainsi que les balles des rebelles fusais au dessus de sa tête. Il agrippa son arme, et partit vers ce dernier avant poste. La résistance y était rude, mais facilement métrisable. Et pourtant, Calius ne s’en remit toujours pas. Car un choix a du le bouleversé, et le bouleversera a jamais.

Alors qu’il était en première ligne, il rentra dans un vieux bâtiment, pour le sécurisé. Calius monta donc au premier étage, la ou trois rebelles ce trouvé planqué dans un coin de la pièce. La première classe les mit en joue, mais les trois hommes n’avaient pas leur arme dans les mains.

-Nous ne voulons plus nous battre ! Ne nous tué pas ! Nous avons des femmes et des enfants qui nous attendent chez nous. Laissé nous partir… Pitié…


Le marines n’avais jamais était confronté a cette situation. Il continua à les mettre en joue, mais ne savait pas quoi faire. Il avança doucement, et poussa les armes qui ce trouvai par terre. Une fois les armes hors de porté des hommes, il commença à réfléchir. Ses hommes avaient l’air d’être sérieux, mais pourtant, il n’était pas à l’ abri d’un tir dans le dos, ou de toute autre coup foireux. Calius décida donc de prendre la décision qu’il trouva la plus juste, qui fut d’appelé un de ses supérieurs pour décider de ce qu’il devait faire. Les trois hommes toujours en joue, le marine demanda ce qu’il devait faire de trois rebelles qui ont jeté arme à terre. La réponse fut rapide, et efficace.

-Nous avons un ordre, soldats ! Et cette ordre, et de ne laissé aucun prisonnier ! Tuer les et venez rejoindre votre véhicule !

-Alors ? Nous… Nous pouvons partir ?


L’un des anciens rebelles venait de prendre la parole. Comment leur annoncé que ils devront mourir, sur un coup de tête d’un supérieur désireux de faire passé un message de terreur dans leur troupe ? Les habitants de Jericho avaient déjà eux de pertes, transformant des enfants en orphelin, et des femmes en veuves. Trois hommes de plus aurai t’il une répercutions sur l’issus de cette guerres ? Si il disait juste a son supérieure que les rebelles on était éliminé, et qu’il les laissé partir…

-Oui… Vous pouvez partir. Mais je ne serais pas aussi sympa que les autres soldats. Courez, et que je ne vous revois pas.

-Merci ! Je vous jure que plus jamais nous combattront contre vous ! Merci mille fois !


Alors que les rebelles descendirent les escaliers, la recrue ouvra sa radio :

-Rebelle éliminé, j’arrive.


Calius descendit donc les escaliers au pas de course, et courra au pas de course, et courra vers les warthog. Un homme en descendit, et lui donna un fusil de sniper.

-Nous avons trois fuyards. Vu que vous éte le dernier, cette corvée sera pour vous, soldat… Slyter.

Il prit donc l’arme dans les mains, ajusta sa lunette, et commença a visé. Même si il détesté cette arme, (de toute façon, il déteste toute les armes a longue porté, ou concentrations et précision joue) il s’appliqua le plus possible. Un petit groupe d’homme, assez loin, courez effectivement en direction des montagnes. L’un des hommes ce retourna, et même si il ne voyer pas superbement bien, il pouvait le reconnaitre. C’était le même homme qu’il venait de libéré. Il ne pouvait pas tiré. Son doigt était tétanisé sur la gâchette.

-Soldat, si vous ne tiré pas, et si vous ne les tuez pas, nous auront une petite discutions a notre retour ! Alors tuer les, et maintenant !

Cette voix… La même que la voix dans son oreillette lorsqu’il demanda a un supérieur quoi faire face a ses rebelles. Mais voila, la hiérarchie était plus puissant que lui, et ce mettre sur le pelotons d’exécution pour trois homme… Calius tira donc et tua un homme. Il remit le levier en place, et tira une deuxième balle, qui toucha la tête du deuxième homme. Il pouvait entendre le rire de son supérieur, qui devait e réjouir de voir des pauvre hommes sans défense, ce faire tuer un par un, et par derrière.

-Bien soldat… Bien, il n’en reste plus qu’un seul.

Il remit le levier, cala le pointeur sur la tête du dernier, et usa toute ses force pour appuyer sur la détente. Mais le doigt resta fixe. Le supérieur commença a crié sur le soldat, disant que il risquera de leur échappé. Au moment où il décida de tiré, l’homme tourna sa tête. Il put voir le visage du malheureux sur le quelle il tira. Il put voir son visage, un homme, qui ne verra plus jamais ses enfants et sa femme. Une fois l’homme par terre, il redonna l’arme au soldat a coté de lui, et ce remit dans le siège passager de son Hog. Il ce pencha un peut en dehors, et vomi pour la deuxième fois de la journée. Il remangea une barre de ration, et attendait de savoir ce que le caporal allai choisir. Sauvé les ODST, ou allez voire pourquoi le CAM explosa miraculeusement… Dans tout les cas, les combats continuera sur Jericho.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Sam 2 Nov 2013 - 16:52

Carl fixait avec une certaine appréhension la fumée qui envahissait le ciel au-dessus de la position du deuxième CAM. Que c'était-il passé? Si on en jugeait la puissance de l'explosion précédemment entendue, ce satané engin de mort était hors-service, sans aucun doute...Mais...Qui avait fait ça? Est-ce que leurs collègues ODST étaient assez stupide pour se tromper d'objectifs? Ou est-ce que les cousins du macchabé rebelle a ses pieds avaient par mégarde activer un quelconque système d'autodestruction a base de feux d'artifices bleus? Hm... Le caporal fraichement devenu chef d'escouade secoua vivement la tête pour revenir à l'instant présent tout en extirpant le demi-litre d'eau de pluie qui avait jugé bon d'élire domicile dans ses cheveux. Autour de lui : Des corps de rebelles, des barricades à base de tas de sables éparpillées, des douilles, des flaques de pluies et de sangs, des bâtiments délabrés aux fenêtres criblées de balles et des tentes à moitié calcinées. Les marines retournaient les corps de leurs adversaires a terres, vérifiaient si ces derniers respiraient encore et, si c'était le cas, se dépêchaient de les finir d'un tir à la tête. Tout se passait pour le mieux, on se congratulait, on vomissait... Le deuxième avant-poste était nettoyé, maintenant...Il fallait choisir un prochain objectif. Le canon très probablement détruit ou les ODST en attente d'évacuation?

Le chevelu sauta au-dessus de l'amas de tas de sable sur lequel il était appuyé pour se diriger vers le warthog de transport en observant l'infirmière et ses deux assistants charger un énième blessé à son bord, les gémissements de ce pauvre bougre allaient sans aucun doute tenir compagnie aux passagers clean du véhicule...Dommage que Carl lui-même en fasse parti...
D'un saut fort précis, il parvint à s'asseoir sur le siège peu confortable du tas de taule qui l'avait amené jusqu'ici puis à s'étirer sans heurter du poing le crâne du pilote à sa gauche. Ce dernier fixait son volant avec autant de vigueur qu'une limace narcoleptique et ne semblait pas s'être rendu compte que son caporal était de nouveau présent. En fait, son attitude laissait croire qu'il ne savait pas si les échanges de tirs avaient cessés pour de bon. Peu importe après tout, tant que ce pauvre type conduisait bien...D'un geste mal-assuré, Carl activa sa radio, la régla sur le canal global de l'escouade, souffla sur ses mains a moitié gelées, ce qui eut pour effet de saturé la radio de ses sous-fifres, puis déclara :

"-Messieurs, l'avant-poste est détruit, le deuxième CAM, pour une raison inconnue, l'est sûrement aussi et nos amis les helljumpers ont besoin d'aide. Remontez dans vos véhicules respectifs prestement, nous allons porter secours à l'escouade Alpha !"

Une foule de "reçu" et autres "affirmatifs" ne tarda pas à répondre aux ordres très clairs du chevelu qui, de son coté, s'empressa de changer de canal pour communiquer avec Alpha :

"-Messieurs dames, nous sommes en route, on arrive d'ici peu." Pendant un court instant, l'envie de rajouter un "enfin j'espère" le prit, mais son instinct de survie lui déconseilla. Jouer avec les nerfs d'une escouade probablement sous feu ennemi n'était clairement pas l'idée du siècle.

D'un coup de coude, le caporal "réveilla" le pilote du véhicule qui ne tarda pas à faire vrombir le moteur, précédé par le hog d'attaque devant-eux. Une fois le tas de taule en mouvement, Carl croisa les bras en fermant les yeux après avoir posé son fusil à pompe sur ses genoux. Le froid et la pluie commençaient à devenir problématique, l'humidité passait à travers ses gants, gelait ses doigts et lorsque l'adrénaline du combat se dissipait, il devait sans cesse se retenir de claquer des dents.

"-Sacré temps de merde, vous trouvez pas caporal?"

Tiens, son pilote savait parler?

"-C'est peu de le dire... Approuva t'il d'un ton morose.
-Ca me rappelle un peu les tempêtes sur Terre, vous êtes déjà allé sur Terre?
-J'ai de la famille là-bas, j'y suis allé deux ou trois fois, mais ça remonte à un petit moment...
-Ah...Je crècherais sur ce foutu cailloux pour rien au monde ! J'habite sur Arcadia voyez-vous...Et les temps comme ça, on en a pas beaucoup sur Pirth.
-J'imagine..."

La conversation prit fin ici, pour le plus grand bonheur d'un certain Sorince...Il faut préciser que les deux nouveaux amis avaient perdu le fil de leurs pensées lorsque leurs yeux fatigués leur avaient renvoyés l'image d'une "base" plus que laide, entourée de murs imposants et illuminée par les tirs des représentants des deux factions humaines présentes ici... L'escarmouche que le chef de l'escouade s'était imaginé se révélait bien moins chaotique que celle-ci. Mais comment diable les reb's pouvaient cacher autant d'effectifs?! Alerté par tant de violence plus ou moins justifiée, le warthog d'attaque qui devançait celui du caporal avait décéléré, en attente d'ordres clairs...Que Carl se dépêcha d'hurler en descendant du véhicule destiner aux travaux "médicaux".

"-Foncez messieurs, foncez ! La surprise devrait suffire pour les briser !"

Quelques instants plus tard, le carnage doublait d'intensité.
Les balles de la mitrailleuse du warthog d'assaut tranchait avec aisance ses cibles mal protégées tandis que les quelques marines au sol vidaient leurs chargeurs sur des miraculés ayant échapper au moulin a organe sur roues. Prit entre deux feus, les serviteurs de la cause cédaient à la panique, hurlaient, insultaient, perdaient la raison et surtout : Mourraient. Comme si cela ne suffisait pas, les helljumpers firent une sortie plus que bienvenue, formant un cercle plus ou moins organisé autour d'un homme encagoulé supposément V.I.P tout en tirant quelques rafales meurtrières sur les insurgés désormais en fuite.

Ce petit massacre dura en tout une minute et vingt-huit secondes et fut terminé par la bruyante explosion de la base ennemie. Bilan des pertes : une vingtaine de rebelles. C'était la première fois que Sorince assistait a la réussite d'une opération de l'UNSC.

Après s'être réchauffé les mains auprès d'un petit feu alimenté par un cadavre d'insurgé malchanceux, Carl rejoignit Alpha, désormais rassemblée sur une petite colline, pour se planter devant le dénommé Hicks et se présenter avec la vigueur de l'homme fatigué :

"-Caporal Sorince, en charge de l'escouade bravo, désolé pour le retard messieurs, mais la mort de notre sergent nous à quelque peut retardé...Enfin je suppose que vous ne savez pas a qui on doit la destruction du deuxième CAM?"

Hrp : J'ai des invités causant un brouhaha monstrueux m'empêchant de développer mon post comme j'ai l'habitude de le faire, veuillez m'excusez, mais je suis vraiment pas aidé é.è

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Hicks
Banni
avatar

Nombre de messages : 219
Localisation : Affronte les Fantômes de son passé - [Inconnue]
Humeur : Froid, Calme, Patriotique
Date d'inscription : 18/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : ➢ M6D-Socom
Autre Compte : Amy
Arme n°2 : ➢ ➢ SRS99C-S2-AM (Custom)

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mar 12 Nov 2013 - 15:01

Que c'était t'il passé ? Une explosion ? Un contingent rebelle supplémentaire ? Quelque secondes avant le bâtiment entier était en notre possession et les insurgés tombaient sous nos fusils fleurissants, quiconque s'approchant dans le périmètres se faisaient tout simplement démembrer par une avalanche de balles venant transformer ces êtres de chair et de sang en une vaste bouillie difforme et infecte.

La porte blindé avait cédé, les ennemis de la liberté venant tombé au grand réconfort des survivants, il était grand temps d'exfiltrer le VIP.

Après avoir rapidement " remercier " la 1ère classe venant de faire une action pour le moins folle et inconsidérée mais cependant efficace vu la situation...

-Messieurs dames, nous sommes en route, on arrive d'ici peu

Enfin un peu de réconfort, le convoi n'était donc plus très loin, les rebelles allaient avoir une sacrée surprise, je donna ensuite l'ordre à mes hommes de se regrouper sur ma position, dans l'attente interminable du convoi de Bravo.. combien de temps fallait t'il encore tenir ?

Les ODST se regroupèrent donc rapidement au 1ère étage du bâtiment venant repousser l'envahisseur ennemi avec rapidité et efficacité, l'odeur de la poudre et le feu des canons venant remplacer la pluie et la brume dans un tonnerre meurtrier. c'est alors que dans un court silence, j'entendis le vrombissement d'un véhicule, je passai rapidement un regard par le fenêtre et c'est alors qu'a ma grande joie j'aperçu un Warthog venant fauché de sa tourelle la dernière résistance ennemi.

- On Bouge, mes cailles, voilà notre Taxi ! Formation delta autour du V.I.P !

Sans plus attendre les ODST's encerclèrent l'homme cagoulé avant de sortir d'un pas rapide du complexe rebelle qui explosa une vingtaine de secondes après leurs sortie, venant pas la même occasion soufflé la plupart des arbres dans un brasier infernal.

Certains de mes hommes se retournèrent rapidement pour voir l'explosion, en ce qui me concerne j'étais bien trop occupé sur la mission. C'est alors en continuant notre route que le groupe se stoppa sur une petite colline servant alors de Z.A pour le pélican d'évacuation. C'est alors qu'un jeune caporal au vu de son uniforme vint littéralement se planter devant moi.

-Caporal Sorince, en charge de l'escouade bravo, désolé pour le retard messieurs, mais la mort de notre sergent nous à quelque peut retardé...Enfin je suppose que vous ne savez pas a qui on doit la destruction du deuxième CAM?

La Ponctualité n'est pas votre fort mais vous savez quand même y faire dans le ravalement de façade.

C'était donc ça l'explosion... le second CAM avait explosé, une Frappe orbital de l'ONI ? Je n'en avait pas la moindre idée mais une chose était certaine, nous allions bientôt le découvrir...
C'est alors que le bruit caractéristique d'un pélican se fit entendre avant que celui-ci apparaisse fièrement au dessus des hommes venant larguer un Warthog Gauss avant s'approcher de la bordure de la colline permettant alors l'extraction du V.I.P

- En ce qui concerne le le second CAM je n'en sait pas plus que vous Caporal.
Bon; Anderson, Rashkae, Moralez et les autres, vous montez dans ce coucou et escorté le V.I.P jusqu'à la maison, Hordika tu prends la place du mort et Sorince vous prenez la tourelle, je crois ce jouet est à la mesure de votre art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alik 'Azuri
Sangheili, Maître de l'inquisition
avatar

Nombre de messages : 597
Localisation : Inconnue
Date d'inscription : 17/04/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Langue Fourchue
Autre Compte :
Arme n°2 : Dague à énergie

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Dim 17 Nov 2013 - 15:12

- Arrrrrrg!

Le bruit étrange que faisait cet humain qu'Alik tenait par la gorge amusait le Sangheili. Attendant que cette vermine ne rende son dernier souffle, l'élite jeta le cadavre inanimé sur un mur, provoquant un bruit d'os brisés et de tomates écrasées. Derrière lui, se trouvait une escouade de quelques autres Sangheili et de plusieurs grognards. Portant une armure typique des officiers des forces spéciales, la bleue-lame avait été envoyée sur cette pitoyable planète dans un but bien précis. En plus de sa mission spéciale, Alik devait accepter les ordres du commandant de flotte et éliminer le maximum d'insectes qu'il verrait. Et heureusement pour lui, cette planète regorgeait de proies à chasser.

- Contournez la colline, on se retrouve à l'endroit prévu mes frères. Positionnez les véhicules pour interception également, et attendez mon signal. Leur sang coulera bientôt à flot sur ces terres corrompues.

Laissant ses sbires partirent, Alik rangea le fusil de sniper qu'il avait demandé pour cette mission dans son dos et commença à grimper le long d'une paroi rocheuse. Se servant des prises naturelles de la façade, il ne mit que quelques minutes à atteindre le sommet de ce mur rocheux et il put observer la zone environnante. Au loin, fumait le CAM humain qui avait littéralement été dévasté. Ces pitoyables humains ne se doutaient même pas de la présence de l'hégémonie et continuait se qui semblait être une pitoyable guerre intestine. Alik ricana à cette pensée, les hérétiques avaient beau être un problème, il ne se doutait pas que les humains, déjà faibles, s'amusaient à s'entre-tuer.

Un vaisseau de transport humain se posait un peu au loin, tandis que des capteurs thermiques indiquaient à Alik que ses Sangheilis étaient prêts à intervenir. La bleue-lame fixa de ses yeux azurs le paysage un instant, cette planète était peut-être souillée de la présence humaine, mais elle offrait un spectacle assez beau. Quel dommage que bientôt, il n'en resterait plus rien.

Claquant des mandibules, le Sangheili épaula son fusil et commença à observer le vaisseau appelé "pélican" par les humains qui commençait à s'envoler. Après quelques longues minutes, le coucou vrombissait dans les airs et commençait sa longue route dans les cieux, vers une destination inconnue. Respirant très longuement, et de manière posé, Alik suivait les mouvements du véhicule aérien avec calme et sang-froid. Quelques secondes s'écoulèrent encore, puis la Bleue-lame activa sa COM une fois, signe d'intervenir pour ses troupes.
L'instant d'après, un séraph sortit d'un espace forestier, réduisant à néant la faune locale. Le chasseur s'élança alors, suivi par un autre confrère. Les tirs arrivèrent bien vite, et la coque du pélican vira alors au rouge, léchée par les tirs nourris des véhicules d'assaut. La vitre avant du pélican vola en éclat suite à un tir rapide. Dès que la vitre se brisa, Alik arma son fusil et après avoir retenu sa respiration, appuya su la gâchette de son arme. Une flaque sanglante se ficha contre le mur opposé du pilote du vaisseau humain, tandis que les chasseurs disparaissaient de nouveau, passant dans les différentes couches de l'atmosphère. L'assaut covenant était lancé. Les humains dans le pélican n'avaient même pas dut savoir ce qui leur était arrivé, néanmoins, sans pilote le pélican perdit rapidement de l'altitude et se cracha à quelques kilomètres de la position d'Alik. Claquant ses mandibules de satisfaction, le Sangheili replaça son arme dans son dos et tourna les talons, tandis qu'il entendait des liaisons parasites de communications humaines semblant paniquées.

Redescendant rapidement de la butte sur laquelle il s'était fiché, il retomba sur le sol et après une roulade, retrouva ses troupes qui l'attendaient dans le phantom, qui avait été camouflé à l'aide de diverses branches et arbustes. Entrant à l'intérieur, la bleue-lame activa sa COM pour avertir les autres vaisseaux de transport qui attendaient plus loin dans les forêts.

- Allez-y, semez le chaos! Nous retournons au vaisseau prendre les ordres pour la suite, vous savez quoi faire mes frères! Massacrez-les!

L'instant d'après, le Phantom décolla et s'envola vers les cieux de Jericho, semblant quitter la planète, avant de tout simplement disparaître.
Au sol, plusieurs spirits sortirent de leurs cachettes et s'élancèrent sur diverses positions humaines connues, et l'un d'eux alla vers le site du crash. La vraie guerre débutait maintenant.

_________________






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 21
Localisation : CLASSIFIED
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Dim 17 Nov 2013 - 17:08

10 février 2535 - Système Lambda Serpentis - Jericho VII – Zone Inconnue - Caporal ODST Jeck.S Anderson - Escouade AEGIS

« Caporal, Réveillez-vous bon sang ! »
Le choc avait était des plus contraignant pour Jeck, sans son armure, ses collègue aurais sans doute pu voir son cadavre joncher l’intérieur du pélican, que s’était-il passé, qui avait bien pu tuer le pilote, leurs vaisseau de transport n’était maintenant qu’une épave, la cabine de pilotage était complètement écrabouiller laissant l’arrière du pélican dans un cratère former par le crash.
Jeck Regarder Moralez, celui-ci venais lui aussi de ce relever sans réel difficulté, « solide le bleu »
Prenant son DMR en main, il regarder les alentours, observant tout en sortant de l’intérieur du Pélican, les ODST survivant, apparemment il eut le plaisir de voir que presque toute l’escouade avait eu la chance de supporter le crash, la pluie ce mis à revenir et le soleil éclairer la crête d’une étrange clarté, les nuages grisâtres n’annoncer qu’une chose par des bruit résonnant comme des éclaire, un combat faisais rage au-dessus de leurs tête.
Anderson alluma sa liaison COM immédiatement après avoir analysé la situation et observer le matricule du pélican afin de demander de l’aide.


- Meday, meday, ici le Caporal ODST Anderson, kilos 2-5 abattue je répète kilos 2-5 abattue, survivant à bord, demande d’extraction prioritaire, terminée.

Un long silence ce fit entendre et Jeck se préparant à expliquer la situation à ces homme reçus une courte réponse.

- Reçus Alpha…. Nou…. S… déborder, abandonner de mis…. Protocole …. Activé….
- Répéter officier, répéter ! Merde, on les a perdues !
- Un problème caporal ?

Anderson regardé le Soldat qui avait eu la négligence et l’audace de lui demander s’il y avait un problème.

- Des problèmes, nous n’allons pas tarder à les voir venir, rester sur vos gardes soldats, prenez le stricte nécessaire, une arme silencieuse et un gros calibre avec balle perforante en secondaire, on ne sait pas sur quoi on peut tomber.

Sur ses mots, le Caporal ODST pris son SMG7-S à sa ceinture et démonta le silencieux, considérant déjà avoir son DMR comme arme silencieuse, il valait mieux être le mieux équiper pour la suite de la mission.

Anderson regarder la plaine dans laquelle ils s’étaient écraser, l’endroit était malheureusement bien dégager, ne laissant qu’un paysage beau pour le tourisme, mais des plus laborieux pour les temps de guerre, si deux armée venais à s’affronter ici, alors les deux essuierait probablement des pertes considérable.
Il ce tourna vers le groupe d'ODST et leurs adressa un court bilan de leur prochaine mission.

- Votre mission n’est plus de seulement protéger le VIP, notre mission est pour le moment de rejoindre le QG Alpha à 15 km de notre position et de revenir tous vivant, compris ?!
Un point d’extraction d'urgence pourra sans doute nous être attribuer une fois la bas.


Des hochements de têtes ainsi que quelques soupirs, ce n’était là que les seules réponses que recevait  et s’attendez à recevoir Jeck, un fin sourire ce dessina sur ses fines lèvres, il était responsable de leurs vis tout autant que de la sienne.

Anderson avançait le pas avec patience et lenteur, une escouade entière de ODST dans une plaine de hautes herbes, c’était un risque à prendre lorsque l’ont signé des papiers militaires. Se dit-il en souriant, mais l'heure n’était plus à la plaisanterie mais plutôt à l’adrénaline, voilà seulement quelques minute qu’il marcher, ils n’étaient même pas assez éloigner de la fumer noir qui ce dégager du Pélican.
Un bruit de tire comme retentit comme un éclaire dans le ciel, l’on aurait dit que quelque chose frapper la surface de la planète, «je ne sais pas ce qu’il se passe la haut, mais ont devrais filer au plus vite»

Soudainement un bruit le sortie de ses pensé pessimiste, ses hommes était tous près à tirer.
Un homme releva la tête et fit un signe à Jeck, c’était un ODST avec une armure comme la sienne, Jeck reconnue immédiatement le matricule s’avançant en direction de celui-ci, ayant identifié l’individu, il dit d’une voix soutenue dans sa liaison COM à ses hommes de ne pas tirer.
4 autres ODST apparurent dans l’herbe laissant alors l’ODST identifier par Jeck s’approcher de celui-ci.

- Sergent Hank, toujours un plaisir de vous revoir.
- Et on m’avait dit que vous seriez en mauvaise posture, tss qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre.
- Je suppose que vous êtes ici pour nous ?
- Comme si j'avais que sa à glander, j’ai surtout eu quelque soucis de logistique avec mes hommes, une sacré fournaise à rebelle dans le coin.
- Bien, Sergent nous sommes actuellement dans une situation critique, nous devrions retourner vers le QG Alpha, je vous expliquerais tout en route.

Un tire fus soutenue et un homme abattue, un ODST venais de tomber un rapide "à terre !" fus Hurler par le Sergent Hank, s’accroupissant dans les hautes herbes, Anderson essayer d’identifier la localisation du tireur qui de toute évidence ne tiré pas avec des balles humaine, c’est alors qu’il vit une forme s’approcher de lui, Jeck dans un ultime réflexe prit sa SMG7 et tira à plusieurs reprise vers la forme invisible, celle-ci s’écroula et il put reconnaître le cadavre d’un élite, observant les alentour, voyant ses hommes essuyer des tires de plasma avec pour seul barrière de simple rocher, un Spirit approcha de leurs position commençant à canarder les quelques ODST résistant, apercevant une grotte profonde le Caporal ODST Allumant sa liaison COM il assura d’un crie le repli de ses hommes.
- Replis vers la grotte, vite !




[HRP] je compte corriger les quelques (grosses) fautes bientôt [/HRP]

_________________



Spoiler:
 


"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.


Dernière édition par Jeck Anderson le Lun 18 Nov 2013 - 14:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Dim 17 Nov 2013 - 18:56

Messieurs dames, nous sommes en route, on arrive d'ici peu

Djerin soupira légèrement, les renforts arrivaient, ils allaient pouvoir lâcher le VIP et partir de cette planète. La pluie avait commencée à prendre effet sur son humeur. Les autres ODST arrivèrent sur la position du Sergent Hicks, ce dernier ayant battu le rappel des troupes. Ils se regroupèrent, et devinrent face à l'ennemi comme les rocher face à la marée, celle ci se brisait sur leurs flanc, sans qu'ils faillissent ou abandonnent. Tendant l'oreille, Djerin entendit les vrombissement de moteurs et le staccato d'une mitrailleuse embarquée. Un coup d’œil par la fenêtre lui confirma. Les marines venaient d'arriver, et finissaient d'éliminer les résistances extérieures.

On Bouge, mes cailles, voilà notre Taxi ! Formation en delta autour du V.I.P !

Les ODST se placèrent autour de l'homme, Djerin fit en sorte d'être à l'arrière de la formation et ils s'élancèrent pour rejoindre les marines. Maintenant la formation stable, il rejoignirent une petite colline, éclairée par le feu d'artifice de la base rebelle. Djerin souriait à la vue du bâtiment en feu qui finissait de s’effondrer sur lui-même. Il Caporal des marines vint se fourrer juste sous le nez du
Sergent.

Caporal Sorince, en charge de l'escouade bravo, désolé pour le retard messieurs, mais la mort de notre sergent nous à quelque peut retardé...Enfin je suppose que vous ne savez pas a qui on doit la destruction du deuxième CAM?

Quoi?! Ils n'ont pas détruits eux-même le CAM ? Ça expliquerait l’intensité de l'explosion, pourtant il ne m'a pas semblé voir de bombardiers en vol...


La Ponctualité n'est pas votre fort mais vous savez quand même y faire dans le ravalement de façade.

Le gémissement régulier des moteurs d'un pélican se fit entendre quelque secondes avant que le transport apparaisse. Il lâcha un warthog gauss, le genre de joujou équipé d'une arme suffisamment puissante pour détruire à peu près n'importe quoi de moins gros qu'un vaisseau. Le VIP monta à bord, peinant légèrement sous l'effort.

En ce qui concerne le le second CAM je n'en sait pas plus que vous Caporal.
Bon, Anderson, Rashkae, Moralez et les autres, vous montez dans ce coucou et escortez le V.I.P jusqu'à la maison. Hordika tu prend la place passager du Hog et Sorince vous prenez la tourelle, je crois ce jouet et à la mesure de votre art.


Djerin tiqua, le sergent scindait l'escouade et les envoyait faire du baby-sitting tandis qu'il retournait sur le terrain. Terriblement frustrant. Il obéit tout de même aux ordres, prenant place dans le fond du pélican et faisant mine de vérifier ses armes pour avoir la paix. Il s’aperçut qu'un des couteaux de lancer qu'il avait utilisé pendant l'assaut avait encore du sang coagulé dans les gravures. Il en sortit un second, et entreprit de gratter la couche pourpre. Jetant un coup d’œil autour de lui, il comprit rapidement qu'il n'était pas le seul à déprécier le travail de nounou. Il remis les couteaux dans leurs gaines respectives.

Le pélican fit quelques embardées, sans doute provoquées un trou d'air. Cependant, quand il y eut un bruit de bris de verre, Djerin qui était à coté de la porte vers le poste de pilotage ouvrit la porte brutalement.

Qu'est ce qui se passe ? Oh putain...

Le cockpit était dévasté, la verrière brisée, les instruments de bord grillé, le pilote brûlé jusqu'à l'os et le copilote débarrassé de l'appendice encombrant qu'est le cerveau par un tir on ne peut plus impressionnant. Djerin repassa dans la cabine arrière et se dirigea vers le VIP endormi. Il entreprit de sangler l'homme le plus solidement qu'il put. Pendant qu'il faisait ça, il prononçait d'une voix blanche des mots qui auraient fait paniquer des bleus.

Attention les gars, mauvaise nouvelle, nous avons été abattu. À moins de trouver un technicien capable de remettre en état une carcasse en moins de vingts secondes on va s'écraser. Alors je vous conseille de boucler vos harnais de sécurité et de vous préparer à un...

Concentré qu'il était à s'occuper du VIP, Djerin venait de prendre le choc de plein fouet, loin de son siège. Il vola à travers le pélican, et atterrit sur ceux de ses camarades qui avaient comme lui échoués à s’attacher à temps. Il resta sonné quelques instants, puis se releva. Autour de lui, les autres ODSTs en faisaient autant, la plupart récupérant efficacement. Le jeune ODST se dirigea vers l'homme dont ils devaient assurer la sécurité pour vérifier ses constantes vitales et lui retirer son harnais. Il le porta jusqu'à l’extérieur et l'allongea par terre. Leur Caporal sortit légèrement sonné du pélican.

Mayday, mayday, ici le Caporal ODST Anderson, Kilo 2-5 abattu, je répète Kilo 2-5 abattu, survivant à bord, demande d’extraction prioritaire, terminée.

Le Caporal venait d'émettre sur toutes les ondes disponibles avant de rester fixe quelques secondes, écoutant sans doute une réponse que lui seul pouvait entendre. Un des soldat lui posa une question et se fit brutalement rembarrer. Djerin retourna sur le VIP pour le réveiller et tenter de le faire marcher. Il devait avoir suivit un bon entraînement car il ne lui fallut qu'une ou deux minutes pour réussir à marcher correctement. L'homme le remercia silencieusement avant de récupérer l'arme d'un des morts. Le Caporal regroupa les ODST.

Notre mission n’est plus de seulement protéger le VIP, notre mission est pour le moment de rejoindre le QG Alpha à 15 km de notre position et de revenir tous vivant, compris ?!
Un point d’extraction d'urgence pourra sans doute nous être attribué une fois là bas.


Djerin observa les alentours et le terrain parfaitement dégagé. Si jamais ce qui les avait attaqué les attendait, il pourrai faire un carton. Cependant, il prit place en queue de colonne, suivant le reste de ses camarades et gardant un œil dans son dos, regrettant que les casques d'ODST ne soient pas encore équipé d'une caméra dorsale ou d'un rétroviseur. La colonne s’arrêta, arme dressée face à cinq ODSTs, sans doute l'équipe Delta. Le Caporal engagea la conversation avec leur Sergent. Djerin fit un tour d'horizon, extrêmement nerveux.

Bordel, il faut y aller, on va finir par se faire abattre à rester à découvert.


Comme si cette pensée avait provoqué l'assaut, le soldat juste devant lui venait de voir son crane exploser sous l'impact d'une munition non conventionnelle. Djerin se jeta au sol, cherchant l'origine du tir depuis la lunette de son fusil.

À terre !


Le Sergent venait d'agir, s'occupant de sauver la vie des moins réactif par un ordre direct. Le Caporal sembla ouvrir le feu dans le vide, jusqu'à ce qu'un élite apparaisse, mort. Djerin jeta une grenade au hasard, croisant les doigts pour qu'elle touche quelque chose. Il fut récompensé quand une ombre floue s'éloigna de l'endroit ou était tombé l'explosif. La balle cueillit la vie de l'extra-terrestre alors que celui-ci épaulait son arme. La fusillade s'intensifia, les soldat tentant de tirer vers les sources de plasma, tandis que le nombre d'ennemis semblait infini.

Un Spirit surgit des cieux, plongeant vers leur position. Comprenant leur position compromise, Djerin effectua une roulade pour venir sortir le VIP de là, le cri du Caporal ayant révélé une position de repli acceptable. L'homme hésita un instant, mais Djerin le poussa sur le chemin, à moitié accroupi, faisant bouclier avec son corps et priant pour qu'il ne se prenne aucun tir dans le dos. Il accueillit avec soulagement le couvert de la zone rocheuse.

Dès qu'ils furent entrés et le VIP en sécurité, Djerin ressortit au niveau du seuil de la grotte et enclencha un nouveau chargeur. Les ODSTs se repliant avaient besoin d'une couverture. Il pilonna les élites équipés d'armes précises ou d'armes lourdes, prenant une vie avec chacune de ses balles. Cette danse avec la mort était joueuse, et il le savait, mais la vie des autres passait avant tout. Se jetant au sol pour ramper vers une autre position, il prit le temps d'abattre un sniper ennemi avant de s'en retourner dans la grotte, tout les hommes en état d'être sauvé étant entrés. Il s'assit sur un rocher et s'accorda quatre secondes de pause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Lun 18 Nov 2013 - 20:52

Je peux savoir ce que tu glande bordel?
O'brian, si tu voulais bien me coller la paix deux minutes
On a pas deux minutes gros malin! Et tes tourelles se font hacher menu par les rebelles!
Une tourelle dénuée de son effet de surprise reste un gros calibre avec une portée et des mouvements limités, tu t'attendais à quoi?
Merde, il en arrive de plus en plus par la gauche et j'ai plus de munitions!

Edward lâcha un juron, et détacha la SMG qu'il avait sur sa hanche pour la jeter à son collègue, qui la prit d'une main et posa son fusil à pompe à terre, se remettant à tirer. Edward lui reprit son clavier, lâchant environ un juron toutes les 15 commandes, et tapant environ 30 ordres différents à l'ordinateur chaque minute qui passait. Qu'ils étaient longs ceux de l'équipe alpha ... Le jeune homme aux pupilles rouges finit par mettre un coup sur le clavier en lâchant un "MERDE" retentissant qui fit sursauter le VIP à coté de lui, puis se figea ... Avant de sourire sous son casque.

Dis surtout pas merci.
Pour ton arme avec marqué "pointer dans cette direction" dessus?
Entre autres. Et aussi parce que je vais revenir te filer un coup de main avec ta foutue fenêtre, j'ai enfin terminé ce que j'avais à faire.
Qui était?
Un relais radio géant. Tous les brouilleurs de la région sont désormais sous contrôle, et ils véhiculent en plus de ca les informations de l'UNSC pour ce qui touche les canaux radio.
T'es en train de me dire que n'importe quel rouge peut nous entendre parler?
N'importe quel rouge de l'UNSC plutôt, les communications sont toujours codées de la même façon. Le programme sera actif dans ... Chais pas, 3 minutes?
Dans 3 minutes on sera tous morts! ha non attends ... Dans trois minutes tous les rebelles seront morts.

Edward fit pivoter son siège, franchement surpris de ce qu'affirmait son collègue. Puis le bruit caractéristique d'une tourelle qui déchaine les enfers se fit entendre, et Edward laissa un sourire illuminer son visage alors que l'équipe alpha finissait en quelques instants de faire le boulot que les ODST se coltinaient depuis plusieurs minutes. Se relevant de son siège en récupérant le fusil à pompe qu'O'brian lui tendait sans discuter, Edward l'accrocha dans son dos et sortit son Magnum avec silencieux, se plaçant dans la formation autour de l'homme à protéger. Il souffla un peu en voyant le pélican atterrir pendant que les gradés faisaient le point sur la situation, et rengaina son arme, grappillant des munitions récupérées à droite à gauche pour mettre dans le fusil qu'il avait dans le dos, alors qu'O'brian faisait de même de son coté pour la SMG. Les deux ODST finirent leur petite besogne à temps pour entendre les affectations, et se firent une accolade en sachant qu'ils allaient être séparés.

Tâche de pas te faire prendre dans un des réacteur du pélican.
Et toi de ne pas passer sous les roues de ton Hog. Ho, en passant ...
... quoi?
Tu dis "à tout à l'heure" à ta SMG, Ed.
Hey!

L'autre ODST monta à bords du pélican en riant, et lui fit signe alors que les puissants moteurs faisaient décoller l'engin du sol. Edward lâcha un soupire, s'accrocha à la barre du Hog pour se hisser à sa place, et se laissa tomber dans le siège qui semblait ( pour l'instant ) avoir évité d'être trop alimenté en pluie. Cette dernière semblait d'ailleurs s'éclaircir alors que le soleil descendait lentement dans le ciel ... Edward lanca sa VNA par réflexe, et fut rassuré de ne voir que du vert sur son radar alors que le pélican décollait.

Si seulement tout avait pu continuer de la sorte ... alors que le véhicule se mettait en marches sur les routes cahoteuses de jericho VII en menant les 3 soldats ( pour l'instant avares de mots ) vers leur objectif, Edward, qui regardait la course du pélican en se relâchant un peu, vit soudain ce dernier traqué puis mis à bas par deux vaisseaux. Et si il était certain d'une chose à propos des vaisseaux en question, c'est que ce n'étaient en rien des structures humaines. Il y avait des extra-terrestres sur la planète.

Sergent, Caporal? Présence covenante sur la planète. Deux séraph viennent d'abbattre le pélican avec le VIP et le reste de l'escouade à bord.

Edward parlait en particulier pour le conducteur, ce dernier devant évidement se concentrer sur la route et étant actuellement le plus haut gradé du véhicule. Le COM du sergent se mit soudain à grésiller, ce dernier recevant visiblement une transmission. De la part de l'état major? De l'officier le plus haut gradé survivant dans le pélican? Ed n'avait strictement aucun accès au pendentif qu'il avait autour du cou, sous son armure, mais si il avait put, il l'aurait serré dans son poing de toutes ses forces en pensant à O'brian. Armant la pompe de son fusil, le jeune homme se redressa un peu sur son siège, sortant le canon de l'habitacle du véhicule, et activant périodiquement sa VNA. Si les extra-terrestres ne laissaient plus les humains s'entre-déchirer tranquillement alors ...

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 21
Localisation : CLASSIFIED
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Lun 9 Déc 2013 - 21:26

10 février 2535 - Système Lambda Serpentis - Jericho VII – Zone Inconnue - Caporal ODST Jeck.S Anderson - Escouade AEGIS



« Bordel Anderson tu nous fais quoi la ! »
Sa voix intérieur était tendu et ses choix ardu, perdu dans une bataille qui n’était que la sienne, il était toujours dans l’entrée de la grotte, lui est c’est gars qui en était tous au même point que lui, combattre.

Le feu et le sang hurler dans une terreur fracassante, les Covenants attaquer Jéricho, personne n’y pouvez rien, les quelques hommes qui avait pu atteindre la grottes n’était pas blesser, heureusement pour tous, il aller falloir être courageux, affronter cet effort de plus, le plasma ronger les rochers qui leurs servaient de couverture, Anderson releva la tête, son DMR en main à l’entrée de la grotte, il tira sur un élite, le Spirit déposer des troupes au sol, à en juger le nombre environ deux escouades, il se retourna rapidement vers Djerin qui était à sa gauche.

- Rashkae, descend moi ces élites avec ton sniper, on s’occupe du reste !
- Comme si c’était fait !
- Tous les hommes disponible faite moi un tir de barrage vite !

Sa voix était autoritaire et trahis par le stress, il devait tout faire pour survivre, ne rien laisser au hasard, la chance n’était qu’une condition, la vie elle était une décision.
Anderson prendrait tous les risques possible pour faire survivre ses hommes.
Le Sergent Hawk couru vers le rocher ou était en avant Anderson, celui-ci ce mis à son aise une fois c’être traîner jusqu’à celui-ci.

- Hé l’empafait, regarde ce que l’un de mes hommes a dégoté au rebelle avant que l’on soit dans la merde.

Un Jackhammer était appuyer le long de son bras replier, il regardait Jeck d’un ai amuser, préparent sans doute une action des plus insensé, les Grunts et les Rapaces tomber sous les balle professionnel des ODST et les élites rapide croupissais dans une bataille dégénérer, malgré leurs technologie, et leurs surnombre, il n’était que perdant, Jackson fit cracher une roquette sur le troupeau de Covenant, les balle continuer de tirer là ou leur ennemie tomber, les tires de plasma s’épuisèrent dans la mort de leurs ennemie.

- Bah, vous voyez, que du beurre leurs bouclier !
Jackson Hawk venait de s’écrier avec enthousiasme, ce qui eut pour effet de s’accompagner d’un crie au "cessez le feu" venant de Jeck.
Le Caporal ODST se tourna vers ses hommes, bien il faut bouger d’ici et au plus vite, Sergent ?
- Si Jericho est attaqué, nous devons d’abords réussir à reprendre le contact avec la frégate, il faut savoir si l’on va finir sur ce caillou ou pas.
- Je propose un replis vers une zone plus sécurisé.
- Tu nous suggère?
- Réunir l’escouade, il faut retourner dans la base rebelle, nous ne sommes qu'à quelques kilomètre de celle-ci.
- Sa paraît une bonne idée, le temps que le contacte radio soient rétablis, mais il va falloir être discret, rien ne nous dit que d’autre unité rebelle n’est pas la même idée.
- Si vous voulez mon avis sergent, il y a plus de Rebelle dans le secteur.
Un léger rictus accompagné d'une réponse qui en disais long sur l'interprétation des paroles de Jeck, venait de ce former sur la personne qu'était Jackson.
-       Vous avez entendu, en route, Rashkae tu couvre nos arrière, Moralez tu joue les éclaireurs avec August, Anderson vous rester avec moi en déplacement latérale, je ne veux personne près l’un de l’autre, vous risquer de vous faire repérer plus facilement.


L’Herbe était haute, ce qui assurer une discrétion minime pour tous, accroupie au moindre pas, reconnaissant du moindre geste, pas un seul danger ne laisser à désirer, Anderson faisait signe d’avancer, c’est alors que des explosions éclaté dans le ciel, celle-ci pas comme les autre, bien plus grosse, bien plus près, trop près.

- A terre ! ! Hurler Anderson.
Un croiseur de classe CSS venait d’entré en atmosphère, il finit par s’écraser sur la surface de la planète, quelque kilomètre après la base des rebelle, la déflagration fus total, laissant le vent fouetter le paysage, et un cratère ravager la terre.
Ce relevant avec difficulté, Jackson laissa la parole a son interrogation.
- A combien il s’est écrasé fiston ! s’écria Jackson.
- 15 Km Sergent
- Fais chier !
Ils étaient tous épuiser et ce malgré le fais qu’il ne soit pas au bout de leurs surprise.
- On fait quoi Sergent ? Dit Anderson d’un air stressant
- On fonce soldat, on s’en tient au plan initial.
- Allez-vous avez entendu, ont ce bouge et vite !


[hrp] Navré du temps de poste, donc pour résumer, tout le monde fonce à la base rebelle, pas de surprise pour le moment sauf si notre amis Alik veut nous embêter, appart quelques rebelles peu discipliné et quelques escouades Covenants, je vois pas de problème, bref ont est dans la merde, terminée et bonne chance soldat.[/hrp]

_________________



Spoiler:
 


"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.


Dernière édition par Jeck Anderson le Mer 18 Déc 2013 - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Ven 13 Déc 2013 - 21:22

"-Sergent, Caporal? Présence covenante sur la planète. Deux séraph viennent d'abbattre le pélican avec le VIP et le reste de l'escouade à bord."

Le cerveau du caporal mit un certain temps avant de comprendre les dires de l'ODST. Il faut dire que son attention était quelque peu attirée par le pélican en chute libre s'adonnant a diverses acrobaties aériennes tout en se rapprochant plus que dangereusement du sol. Pendant environ trente secondes, ses yeux fixèrent l'appareil en flamme, jusqu'à ce que finalement, ce dernier disparut de son champ de vision. Ceci fait, le jeune chevelu pu faire partager sa surprise.
"-Bordel de merde."
Serrant de toutes ses forces les poignées de la tourelle, Carl paniquait, discrètement, sans un bruit, mais il paniquait quand même. Les globes oculaires exorbités, la bouche entrouverte, souffle court, tremblement, quoique ce dernier point devait être d'avantage dû au froid, son esprit fatigué cherchait une solution...Et une cible, par la même occasion, tandis que le hog prenait de la vitesse. Son pilote, le sergent ODST, semblait plutôt calme malgré la situation et se contentait de maintenir le véhicule sur le chemin boueux qu'il suivait depuis dix bonnes minutes déjà. Comble du bonheur, les nuages disparaissaient en même temps que le soleil, chose particulièrement pénible pour un marines sans VNA, Carl se voyant déjà la tête a moitié rentrée dans le petit écran de la tourelle gauss.
A une cinquantaine de mètres derrière-eux, les autres membres de la troupe suivaient le rythme, le hog d'assaut rapide, fermait la marche tandis que celui de transport et ses occupants tentaient de se rassurer en imaginant que les deux véhicules disposant de canon qui les encadraient suffirait à les défendre.

Sans un mot, les occupants du véhicules de tête se concentraient sur leurs taches, sauf Carl, qui s'imaginait revoir un massacre digne d'Harvest. Tournant la tourelle de gauche a droite, toujours aussi paniqué, serrant ses poignées à s'en déclencher d'horribles crampes, le chevelu tentait de ne pas faire attention a cette petite voix dans sa tête qui répétait sans cesse : "Pas les covenants, pas les covenants." d'un ton plus qu'inquiétant. Le cœur battant et l'esprit fort peu apaisé, il frôlait la crise cardiaque a chaque tournant, les coups de vents secouant les bosquets pouvant très bien être en réalité des secousses causées par un élite camouflé. Par deux fois, le caporal manqua de tirer sur un buisson un peu trop agité, fort heureusement, ses doigts gelés, aussi crispés soient-ils, se refusaient à bouger. Aussi Carl se dépêcha de lâcher la tourelle quelques secondes pour se réchauffer les mains en soufflant dessus...Malheureusement, au même moment, un véritable être vivant, a l'air un peu hébété débarquait du bosquet a droite du chemin pour s'immobiliser en plein milieu de celui-ci...Et se faire mortellement percuté par le pare-choc du hog. Le pilote freina, le tireur, absolument pas préparé à un arrêt aussi brutal, heurta son crâne chevelu contre l'une des poignées de sa tourelle puis le véhicule s'immobilisa.

"-Putain mais qu'est-ce qui se passe?!" Fit le pauvre caporal en massant son front tout en descendant du hog, précédé par le sergent. Ce dernier, les pieds dans la boue, ne tarda pas a s'accroupir près de la masse informe qui était passée sous les roues du véhicule, tandis que les autres véhicules s'arrêtaient et que leurs occupants mandaient diverses informations dans le canal de l'escouade. Carl marmonna dans sa radio, tout en pointant la lampe-torche de son fusil à pompe vers le cadavre a semi-écrasé :
"-Bougez pas messieurs, on a heurté un truc..."
Une fois les huits mètres séparant sa place de tireur du cadavre franchit, le marines pu constater que la victime n'était autre qu'un être humain récemment devenu manchot. Le pauvre type était méconnaissable, son visage étant sans doute passer sous une roue, néanmoins, on pouvait sans aucun problème distinguer le bandeau rouge avec en son centre, le symbole de la cause rebelle, qui ornait son bras nu encore présent. Cette vision ne le soulagea pas pour autant, en effet, le moignon qui remplaçait le bras gauche n'était ni bandé, ni cicatrisé, ni même soigné. Quelqu'un lui avait arraché de façon bestiale récemment, et ce n'était pas le hog. Carl écarquilla les yeux en fixant le sergent en armure noire en face de lui.
"-Il faut retourner dans la bagnole, vite."
Le concerné hocha la tête, se releva. Puis quelque chose de rond et bleu vint s'enfoncer dans la boue juste derrière-lui. Il jura. Carl souffla. Et tout deux dérapèrent en tentant de s'éloigner de la zone de déflagration. La grenade a plasma explosa une seconde après, projetant les deux membres de l'UNSC en avant. Les oreilles du caporal sifflèrent, son corps s'écrasa la tête la première dans la boue, puis, d'un effort surhumain, il souleva la partie supérieure de sa personne hors de la boue, se soustrayant ainsi a une noyade fort peu glorieuse dans quinze centimètres de terre humide. Le temps que ses esprit lui reviennent, le caporal pu constater que le dénommé Ryan Hicks était au prise avec une créature bipède, d'environ deux mètres, semblable a un oiseau ayant remplacé ses ailes par des bras musculeux aux mains griffues et fortement peu engageantes. Les détails du combat lui échappaient tant ce dernier se déroulait rapidement, le sergent encaissant étonnamment bien les coups de la bestiole mais, lorsque finalement, l'horreur a bec attrapa le casque de l'ODST pour l'écraser contre un rocher, son esprit légèrement embrumé parvint a faire la conclusion suivante. Il se devait de faire quelque chose.
Aussi Carl fouilla la boue autour de lui a la recherche de son arme, que sa main gauche finit par heurter, tandis qu'au loin les restants de l'escouade bravo hurlaient leurs rages en vidant leurs munitions sur d'autres ennemis, tout aussi emplumée et grand que l'horreur qui maltraitait Hicks, cette dernière piaillait d'ailleurs d'un air triomphant en brandissant le casque du sergent visiblement inconscient gisant a ses pieds...Ou plutôt pattes. Les désagréables hurlements stoppèrent lorsque ses énormes globes oculaires distinguèrent la lumière de la lampe-torche reliée a l'arme du marines qui le visait...Malheureusement pour les oreilles des humains alentours, un autre cris, plus intense encore, ne tarda pas à sortir du bec appartenant a l'aigle alien lorsque la chevrotine du M45 lui ouvrit la poitrine pour l'expédier hors du chemin de terre.
"-J'ai jamais pu blairer la volaille."
Son meurtre effectué, Carl hurla dans le canal radio : "Repli bordel de merde, les covenants sont partout, établissez un périmètre de défense dans les restants de la base rebelle en attendant les instructions de l'état-major ! " avant de trottiner jusqu'au corps du sergent, de vérifier son pouls et de tenter de le soulever...Constatant que l'homme était trop lourd pour lui et que ses hommes avaient suivit son ordre à la lettre, le caporal jura et sprinta jusqu'au warthog gauss en priant pour que son passager soit encore en vie.
"-Hordika?!" Hurla-t'il en contournant le véhicule par la droite pour constater que le concerné finissait d'achever d'un tir de fusil à pompe un autre assaillant emplumé. A l'entente de son nom, le jeune ODST leva la tête en direction du caporal après avoir essuyé sa visière couverte de fluides corporels violets.
"-Je sais, la boue ne me rend pas vraiment honneur...Le sergent est dans les vapes et...Il pèse lourd.
-Franchement caporal? J'échangerais volontiers le sang contre la boue. J'pensais pas que ce truc en avait autant qui pouvait sortir.
-Très juste, fit-il en ajoutant un ricanement fatigué. Vous venez me filer un coup de main?"
D'un air entendu, l'homme en noir hocha la tête puis, les deux soldats sprintèrent en direction du sergent inconscient avant de le soulever et le trainer jusqu'au siège de droite du véhicule, non sans avoir dû chasser un écorcheur traînard loin de leurs positions a coups de fusils à pompes. Ceci fait, Carl déclara d'un ton pressé "je pilote, vous tirez" et, a peine face au volant, fit un demi-tour violent avant de foncer en direction de la base rebelle a moitié détruite.
Ce fut bien évidemment à ce moment précis qu'un croiseur covenants décida d'entrer dans l'atmosphère pour piquer une tête dans les montagnes de Jericho...Mais...Bon...Après autant de surprises, son arrivée n'impressionna même pas le pilote du hog qui se contenta de fixer la route comme si sa vie en dépendait. Ce qui était le cas, d'ailleurs. Passant une vitesse d'un geste brutal, le caporal chassa de son esprit les souvenirs d'Harvest tout en notant la présence d'autres créatures hostiles, en face d'eux.
"-D'autres écorcheurs, les autres ont dû les semer, à vous de jouer Hordika."

Hrp : Bien, escouade bravo, vous vous repliez, comme le mentionne très justement mon perso, dans les ruines de la base rebelle détruite en attendant notre arrivée et celle des potentiels renforts. Les covies peuvent vous avoir suivit donc il serait judicieux de faire attention à vous What a Face

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Sam 14 Déc 2013 - 0:43

Rashkae, descend moi ces élites avec ton sniper, on s’occupe du reste !

Comme si c’était fait !

Tous les hommes disponible faite moi un tir de barrage vite !

Le jeune ODST aligna la boite crânienne d'un des extra terrestres et la fit éclater. Lentement, balle après balle, il éclaircissait les rangs des ennemis, visant toujours les armures les plus colorées. Il se rappelait qu'il s'agissait souvent des officiers. Un guerrier en armure rouge le visa, mais ne put tirer, prit dans l'explosion d'un tir de jackhammer. Peu à peu, les ODSTs  prenaient le dessus, et au bout de quelques minutes de combat brutal, les humains finirent d'achever leurs ennemis.

Les soldats se regroupèrent autour des deux sous-officiers, Djerin s'écartant pour vérifier l'état de santé du VIP. Couché contre la parois, l'homme était en état de choc, mais il restait en bonne santé, n'ayant pas participé à la fusillade. Djerin se releva, et rejoignit le groupe.

Vous avez entendu ? En route! Rashkae tu couvre nos arrière, Moralez tu joue les éclaireurs avec August, Anderson vous restez avec moi en déplacement latéral, je ne veux personne près l’un de l’autre, vous risqueriez de vous faire repérer plus facilement.

Il hocha la tête en silence et prit sa place dans la colonne. Gardant un œil sur son détecteur de mouvements et maudissant l'invisibilité des soldats d'élites Covenants. Les ODSTs progressaient en tirailleur, le VIP au centre de la formation. Jamais Djerin n'aurait cru devoir retourner la d'où ils venaient. Le charnier en ruine qu'ils avaient laissés là-bas était loin d'être le lieu idéal pour une retraite, mais cela semblait malgré tout le moins dangereux, car nettoyé et défendable, au contraire du camp de base de l'équipe Bravo. Brutalement il y eut une série de puissantes explosions dans les hauteurs de l'atmosphère.

À terre !

Tout les soldats embrassèrent la terre tandis qu'un croiseur Covenant fendait les cieux pour s'écraser brutalement au sol. Djerin épaula son fusil pour déterminer l'étendu des dégâts.

À combien il s’est écrasé fiston ?

Quinze kilomètres Sergent

Fais chier !


Les soldats s’entre-regardaient avec des yeux désespérés. Ils semblaient épuisés et n'espérant qu'une chose, un bon lit et du repos. Hélas, ça n'était pas pour tout de suite. En effet, l'ex base rebelle n'était pas loin, mais la probabilité que des renforts et une évac les y attendent était faible.

Allez, vous avez entendu, ont se bouge et vite !


Mon petit doigt me dit qu'on va en chier.


Malgré ces pensées pessimistes, il ne leur arriva rien jusqu'à ce qu'ils arrivent en vue de leur objectif. Les ruines encore fumantes du bâtiment principal se voyaient de loin, et grouillaient comme une fourmilière. Les marines de la Bravo devaient avoir eu la même idée qu'eux. Et ils étaient plus nombreux et mieux équipés. Les ODSTs pénétrèrent le périmètre en cours de formation. Ça et là, des marines entassaient des gravas pour faire des barricades tandis que d'autres rendaient l’intérieur de la zone plus praticable.


Djerin reposa son fusil après un rapide tour d'horizon, se demandant encore comment il avait fait pour se retrouver de garde. L'ennemi tournait au loin, mais ne semblait pas vouloir s'approcher. Certain qu'il s'agissait d'une diversion, le jeune ODST passait son temps à rechercher les moindres reflet de lumière autour du camp nouvellement formé. Il reprit son fusil et recommença à faire un tour d'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calius Slyter
Marines, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 21
Date d'inscription : 18/06/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mer 18 Déc 2013 - 0:35

Rapide, efficace, et sans bavure. L’assaut sur la base rebelle était la parfaite frappe chirurgicale. Calius ce dégourdit un peut les jambes, en attendant que le pélican arrive. Les gradés parlaient entre eux, et les bleus ne disaient rien. Même pas un mot. Le silence ce brisa par le bruit des moteurs du pélican, et de la voix du caporal.

-Marines, départ dans 2 minutes !

Comme prévu, Calius prit la place de l’artilleur. Le marines en avait marre de reste debout, et s’installa dans un des véhicules de transport. Tout allez bien. Une bonne première mission. Le pélican reparti, et un warthog gauss commença à partir en tête du cortège. Pour changer, ils ne seraient pas devant. Le bleu regarda le pélican s’envolé, avec les ODST a l’intérieur.

-Hé, Slyter, tu ne trouve pas que les ODST ont comme même pas mal de chance par rapport à nous ?


C’était le chauffeur, Sistorio Dolirius. Il a rejoins les marines il y a déjà de sa un an, mais n’avais jamais effectué de grande bataille comme celle-ci. On avait commencé à faire connaissance. A prés tout, sa doit faire 12 heures que nous somme dans ce même véhicule.

- On n’a pas tous la même formation, tu sais. Et ils en on surement plus baver que nous.

Le pélican diminua de plus en plus, lorsque tout d’un coup, deux lumières violâtre tombèrent du ciel, et tirent sur le pélican, qui partit s’écraser un peut plus loin.

-Ho mon dieu ! C’était quoi sa ?


Calius n’en revenais toujours pas… Ce n’était pas rebelle, et il n’avait jamais vus d’arme aussi dévastatrice que sa… Quand tout d’un coup… Il savait. Il n’en avait encore que entendu parlez. Mais la, ils allaient les combattre. Et en effets, la radio était saturé de crie, comme quoi les Covenants nous avez trouvé. Le convoi continua sa route, et toute les têtes étaient tournais vers le site du crash, ou on pouvait voir un énorme panache de fumée. Calius accrocha fermement les poignées de sa LAAG M41, et attendit, tranquillement. Ce moment ce fit attendre. On pouvait voir tout les marines sur le qui-vive, debout sur le warthog. Certain était prés a tiré dans des buissons juste a cause d’un courant d’air, ou d’un animal qui trainé par la… Calius continua de scruté les environ, quand le convoi s’arrêta. Le véhicule de tête avait heurté quelque chose. Un cerf, ou un truc du genre… Tout le monde attendait paisiblement dans leur warthogs. Le soldat continua a scruté l’horizon. Il n’y avait toujours rien.

Lorsque tout d’un coup, une explosion ce fit entendre, et des monstres a poil sortit des broussailles. Calius commença a tiré dans le tas. Les balles de 127mm arraché les membres de ses extraterrestres, et les tenait a peut prés en respect. On pouvait entendre le crie persans de ces bestioles lorsqu’ils mouraient, et le tout couplé au crié des marines blesser, et des bruits des tirs. Slyter continua a tiré lorsque son arme fit un bruit extrêmement désagréable. Ce bruit qui ne s’entend pas forcément, mais qui peut avoir des répercutions énorme. Oui… Ce petit *click*… La bande de munition était découpé en deux, surement a cause de l’humidité, de la boue, et des tirs ennemis.

-Slyter ! Continu a tiré !

-Je suis à court ! Couvre-moi !

Sistorio ce leva de son abris qui ce trouvé être le hog, et commença a tiré a l’aveuglette. Calius, quand a lui, commença à manipuler la bête. Il entendit dans la radio le crie des marines qui ce demander pourquoi le Warthog avait arrêté de tiré, mais il était trop concentré pour leur répondre. Il commença à mettre la bande dans le canon, que un tire le frappa en plein dans la jambe. Le tir le fit perde l’équilibre, et ce rattrapa comme il put sur le canon.

-Sa va mec ?

-Ouai, continue a tiré, j’ai bientôt fini !

Calius remit rabattis le couvercle, et actionna le canon. Le bruit du moteur commença a retentir, et les premières balles commencèrent a repartir.  Le chauffeur ce remit derrière son abris, et le marine blesser ce remit à tuer des covenants.

-Repli bordel de merde, les covenants sont partout, établissez un périmètre de défense dans les restants de la base rebelle en attendant les instructions de l'état-major !

-Tu à entendu ? On fait quoi ?

-On couvre la retraite ! Démarre quand le dernier passera devant toi !

Tous les Hogs commencèrent à faire marche arrière, et repartit en direction de la base rebelle. Tous, sauf un. Celui du Caporal. On pouvait voir au loin le combat de trois humains contre les horreurs qui se sont abattu sur eux il y a quelque temps. Mais le véhicule reparti, et Calius devait sauver le convoi. Il se remit a tiré dans le tas jusqu'à ce que plus aucun ennemis ne soit derrière eux.

-Enfin… Ce mit a grogné Calius, la main sur sa blessure. Enfin fi…

A peine eu t’il le temps de finir sa phrase, que un énorme vaisseau Covenant entra dans l’atmosphère, et s’écrasa contre une des multitudes montagne de Jericho.

-Calius, tu pense que notre flotte gagne en haut ?

-Je ne sais pas… Vraiment, je ne sais pas…

Il regarda en l’air, comme si il pouvait voir la bataille qui devait faire rage dans l’espace.
Quelque minute plus tard, le convoi était dans la base rebelle, qui devenait maintenant leur base. Calius passa voir le médecin, qui lui mit un rapide bandage, et reparti vers son Warthog. Il discuta brièvement avec son chauffeur, sur l’avenir de cette guerre, qui ne sera visiblement pas fini tout de suite. Mais cette discutions fut coupé par une voix dans la radio.

-Soldat, le caporal n’étant plus avec nous, je prends le contrôle de la situation. Je veux que vous preniez tout ce qui nous servira à la défense dans ce fort. A prés tout, tout ce qu’il y a ici nous appartient. Trois entrées, trois points de défense. Personne ne rentre ok ? Exécution !

L’équipe du Hog partirent donc vers une des trois entrées, jusqu'à que Calius sauta du véhicule, et ce plaça devant un char Scorpion en très mauvais état. Il s’assit sur le siège du pilote. Cela fessait longtemps qu’il attendait sa.

-Tu sais conduire ce char ?

-Ouai… Enfin, en théorie. On m’a appris comment s’en servir lors de mon entrainement. Par un ami qui était dans un régiment de tankiste. Alors… Normalement, pour l’allumer, on appuis… Ici !

Le vrombissement du moteur ce fit entendre, ce qui déclencha un petit rire incontrôlé de la pars de Calius. Sistorio monta dans la place de l’artilleur, pendant que l’on pouvait entendre Calius révisé les cours que l’on lui avait donné lors des pauses dans les hangars.
 

-Donc… Pour tourné la tourelle… Ok, et pour avancer… Ouai ! Sa marche ! Et ce bouton la, sa doit être pour tiré… Bon, on appui pas tout de suite… On va voir si sa va tenir le choc…

Le char cracha une grosse fumée noire et commença à avancer. Le moteur devait être à plat, et sa doit être pour cela que les rebelles ne l’ont pas utilisé. Mais ici, le char allez être immobile, donc c’était parfait… Calius positionna son tank à la porte nord, la même que celle ou ils sont rentré. On pouvait entendre les marines applaudir, on même crié de joie en voyant ce monstre de métal. Le tank placé devant la porte, le canon pointé vers l’extérieur, Calius était prés a les accueillir… Et tout sa dans la joie, et la bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Hordika
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 250
Localisation : Probablement dans l'espace ...
Humeur : d'humeur a sauter depuis l'espace.
Date d'inscription : 10/06/2012

Feuille de personnage
Arme n°1 : Mitraillette SMG 7S
Autre Compte : Rell 'Ikiha
Arme n°2 : Pistolet M6C

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mer 18 Déc 2013 - 20:21

Bordel de merde.

Résumé assez juste de la situation. Edward n'aurait pas vraiment dit mieux ... Si il avait dit quelque chose. Au lieu de quoi il se contenta de reporter son attention sur l'extérieur du Hog', passant de la position de sécurité dans laquelle il s'était installée à une mise en joue. De toute manière, le caporal était à la tourelle, et donc sensé pouvoir tirer sur toute cible hostile potentielle, mais si il y avait des extra-terrestres dans la partie, la donne changeait. Et mieux valait deux canons qu'un seul. Au bout d'un moment ( il n'aurait su dire quand, ces voyages étaient d'une monotonie assommante quand on en excluait le facteur stress ... Et Edward était tout sauf quelqu'un de stressé. ), il se pencha un peu sur le coté, et activa sa VNA. Le reste du convoi suivait derrière à la distance prévue, rien ne clochait ... Alors pourquoi est-ce qu'il avait ce sentiment qui lui serrait d'un coup la poitrine?

Un possible élément de réponse lui fut apporté quand le Hog percuta quelque chose, et que l'onde de choc fit illico revenir l'ODST dans la position qu'il était sensé avoir dans son siège. Les 4 roues cessèrent de tourner sur leur axe, et le véhicule partit en dérapage sur 5 bons mètres à cause de la boue, avant de totalement s'immobiliser. Quoiqu'ils aient percuté, ce n'était pas si imposant que ça si ça avait put passer sous les roues sans faire ralentir le véhicule plus que ça. Edward se pencha de nouveau en s'accrochant d'une main au rebord de métal au dessus de sa tête, mais la pluie et la luminosité qui baissait ne lui permirent pas de voir ce qui s'était passé. Ses deux officiers étaient déjà partit voir ce dont il en retournait, ce qui convenait parfaitement au jeune homme ... Il préférait largement rester tranquillement assit dans son Hog à vérifier que le fusil qu'on lui avait confié ne s'était pas grippé. Il posa ses deux pieds sur le tableau de bord, croisa les jambes, et posa le fusil en travers des cuisses en l'observant et en le manipulant un peu.

Les termes "Ho putain KFC" lui virent à l'esprit dans la seconde suivante quand une silhouette fortement semblable à un poulet géant sortit d'un buisson, à quelques mètres devant lui. L'animal regarda devant lui quelques instants, avant de tourner la tête vers Edward. L'ODST eut pour première réaction de ne pas bouger. Tactique qui sembla fonctionner ... 3 dixièmes de seconde approximativement. On ne vous laisse forcément jamais le temps de faire la sieste quand on est en guerre ... Le rapace poussa un cri strident, et se jeta vers le Warthog. Edward lui replia ses cuisses, et fut presque fasciné par le fait que l'extra terrestre avait avalé les ... quoi, 5 mètres? 6? Qui les séparaient en moins de 2 secondes. Sur terrain boueux. Une prouesse véritablement fantastique. Mais comme il n'était pas spécialement commentateur sportif, et que sa vie en dépendait, l'ODST se passa simplement de commentaire, pivota l'arme pour en mettre la crosse sur son torse, et posa le doigts sur la détente. La créature sembla se figer sur le capot du véhicule en regardant l'homme, le bras levé et prêt à frapper d'un coup mortel, alors que ce dernier se demandait très honnêtement pourquoi il n'avait pas tiré, et pourquoi son adversaire n'avait pas frappé. Quelques secondes de battement donnèrent à tous deux individus le temps de réfléchir à cette épineuse question, jusqu'à ce qu'une explosion bleutée ne secoue le sol, déclenchant les deux attaques simultanément.

Une nouvelle scène de silence prit place. Le volatile, en lequel l'ODST reconnaissait désormais un Jackals, était resté sur le capot du Hog. Le tir de ce dernier lui avait littéralement arraché le biceps, et l'ossature n'avait pas spécialement l'air en bon état. Edward ne prit pas le temps de savoir si l'autre bras était toujours aussi dangereux, et arma la pompe avant de décaler le bout de la crosse sur son épaule, et de tirer une nouvelle fois. Le corps du volatile décolla du capot, et s'écrasa dans la boue. Edward poussa deux jurons consécutifs : le premier parce que le recul du fusil, même avec la plaque qu'il portait sur le torse, lui avait chassé tout l'air des poumons de manière assez douloureuse, et secondo parce qu'il était désormais couvert d'un sang violet et poisseux.

Sautant dans la boue en gardant le corps en joue, l'ODST s'approcha à pas mesuré, restant hors d'atteinte jusqu'à avoir constaté que la tête du rapace ressemblait plus à un steak tartare qu'à quoi que ce soit que ça ait pu être auparavant. Passant ses doigts lentement sur sa visière écarlate pour retirer ce qui la teintait de violet ( et lui bouchait monstrueusement la vue au passage ), le jeune soldat se retourna vers le véhicule de combat, aux aguets. Un caporal bien plus boueux que dans son souvenir en émergea au bout de deux secondes, dont l'ODST s'approcha en pestant dans son casque. Et le sergent?

Je sais, la boue ne me rend pas vraiment honneur...Le sergent est dans les vapes et...Il pèse lourd.
-Franchement caporal? J'échangerais volontiers le sang contre la boue. J'pensais pas que ce truc en avait autant qui pouvait sortir.
-Très juste. Vous venez me filer un coup de main?

Hochant la tête sans véritablement prendre le temps de répondre à cette question rhétorique, le jeune homme emboita le pas à son supérieur en silence, rangeant son fusil dans son dos tout en dégainant le M6C SOCOM. Si jamais on les attaquait, il serait plus à l'aise pour tirer à une main ... Et si il devait aider à porter le sergent, c'était à peu près certain qu'il n'aurait qu'une main de libre ... au mieux. Prenant les jambes de son supérieur, Edward se mit à faire le chemin inverse, assez content que le véhicule n'ait pas mit tant de temps que ca à freiner. Il finit par lui installer les deux jambes dans le véhicule, à la place où il se tenait quelques secondes plus tôt, puis tourna la tête ... Un autre poulet géant. Rengainant le magnum pour sortir son fusil à pompe, Edward susurra un Ne bougez pas ... J'm'en occupe. en tirant deux ou trois salves, qui à défaut de faire de gros dégâts firent fuir le volatile. A défaut de toute forme de beauté esthétique ou de goût culinaire, ils n'étaient pas stupides non plus quand même.

Suivant les ordres du caporal, Edward se saisit d'une des barres de métal, et se tracta avec pour monter derrière le canon rotatif. Il regarda un instant le reste du convoi qui faisait demi tour ... Et soupira. Ils étaient seuls, avec un endormi sur les bras, sur un chemin de forêt, sur une planète qui allait de plus en plus se rapprocher des enfers au fur et à mesure que les aliens y débarqueraient. Regardant le dernier Warthog disparaitre entre les arbres, l'ODST se demanda un instant quel était leur objectif ... La base, évidement. Et eux trois? Le violent demi-tour que fit le caporal lui donna la réponse. S'accrochant à grand-mal aux commandes, Edward poussa un juron dans son casque en regardant la route, se calant un peu mieux en la scrutant, une main rivé sur la gâchette, l'autre montant à son casque pour activer sa VNA de manière régulière. 4 cibles rouges se dessinèrent d'ailleurs dessus au bout d'un petit instant ... Le jeune homme eut un petit rictus.

D'autres écorcheurs, les autres ont dû les semer, à vous de jouer Hordika.

Dans son jargon personnel, Edward appelait ce qu'il faisait "falsifier la météo". Pourquoi? Parce qu'il faisait de la brume. Une brume qui changeait de couleur selon les ingrédients, et de consistance selon la vitesse de rotation du canon. Dans le cas d'un Warthog? C'était une brume plutôt consistante. Et dans le cas des écorcheurs? Elle était violette. Une brume de sang qui semblait naitre sur les cadavres, et qui était faite à base du sang des créatures qui giclait des impacts de balles dont ils étaient criblés. Et l'ODST était doué pour cribler des cibles de balles avec un canon rotatif lourd, même à la vitesse à laquelle son véhicule se déplaçait.

A la base, Edward n'était pas spécialement partisan de la violence. Mais changer ses ennemis en nuage avait tout de même quelque chose de très ... Plaisant.

Le trajet fut assez court. Probablement parce que de toute cette fichue planète, Edward avait écopé du conducteur qui appuyait le plus fort sur le champignon. Passé ses deux ou trois premières victimes à la tourelle, il avait presque cessé de tirer, incapable de tirer sur quoi que ce soit. De toute manière, les covenant non plus ne cherchaient pas particulièrement à les arrêter ... Vous essayeriez vous, d'arrêter un véhicule lourd poussé au maximum de ses capacités conduit par quelqu'un qui essayera d'aller plus vite si vous vous dressez sur son chemin? A part deux ou trois grognards qui n'avaient pas eut la présence d'esprit de faire autre chose que "olol un véhicule humain" ( Edward l'avait presque interprété comme ça vu la ferveur avec laquelle ils semblaient vouloir arrêter cette voiture avec leur corps ), ils n'avaient donc renversé personne. L'ODST avait bien fauché deux ou trois covies au passage, mais rien de bien intéressant. Jusqu'à ce que l'ODST ne repère un coude dans la route. Dans son esprit, une opération simple s'effectua. Roues trempés + Warthog lancé à pleine vitesse + pilote un peu trop crispé sur son volant + route à l'état de boue = ... Trajectoire rectiligne. L'ODST n'avait pas eut le temps de dire à son pilote de ralentir que la voiture avait déjà braqué des 4 roues dans la boue. Mais cette fois, le dérapage ne prit pas quelques mètres à se faire ... C'était plutôt dans une gerbe monstrueuse de boue que la voiture, sortant clairement du chemin balisé, se mit à continuer à rouler à travers les arbres. Une petite pensée pour le reste du convoi, qui n'avait pas vu 2 gradés et 2 ODST quitter le chemin et faire leur vie ailleurs. L'ODST à l'arrière se recroquevilla sur lui même, se demandant si tout ce qu'il vivait allait finir comme ça, dans une forêt, dans la boue, dans un stupide accident de voiture qui percute un arbre. Mais au bout de quelques secondes de terreur intense, les roues rencontrèrent une surface en béton, parvenant enfin à véritablement freiner et s'arrêter sur quelques mètres. Edward se déplia lentement dans sa tourelle, et regarda son caporal à travers sa visière teintée.

C'est bon, je pense que vous pouvez ralent ... HO NON MERDE, ACCELEREZ!

Le jeune homme se remit sur ses appuis en saisissant les commandes de la tourelle, et commença à faire tourner les canons, pivotant l'arme pour la diriger vers 2 élites non loin. Ces dernières avaient vu le véhicule sortir du bois, mais plutôt que de tirer dessus directement avec leurs fusils, avaient préféré faire le tour de leurs véhicules pour monter dessus et les allumer. Les roues du Warthog crissèrent sur le béton en pivotant à leur régime maximal sur place pendant un instant, avant que la voiture ne se mettre brusquement à avancer pour repartir de plus belle, cette fois poursuivie par deux banshee. Edward fit un tour de 180° avec son canon devant lui, se mettant en position pour saluer leurs poursuivants de la manière qui convenait. En crachant de nouveau la mort. Mais force est de constater que si les covenants n'avaient toujours rien inventé qui les fasse ressembler à quelque chose d'amical aux yeux des humains ( comme une possibilité de faire la paix, pour commencer ), ils étaient par contre particulièrement doués en blindage, et celui des véhicules avait tendance à un peu trop bien encaisser les tirs peu précis de l'ODST, qui devait de temps en temps se baisser pour éviter qu'une balle de plasma ne lui fasse disparaitre le crâne et tout ce qu'il contenait en un clin d'œil. De toute manière, à cette vitesse ( le caporal était décidément fin près pour les circuits de F1 ) la précision n'était pas fantastique dans les deux camps.

Lâchant un soupire en finissant par parvenir à faire exploser le moteur du premier de leurs poursuivants, l'ODST plissa les yeux derrière sa visière de rubis alors qu'un morceau lambda et dispensable de la voiture était arraché dans une grande lumière bleue et tombait sur le bitume. Il finit par lâcher sa tourelle, et la fit tourner avec un petit sourire pour avoir le champs libre. Il n'en était pas certain, mais il aurait juré avoir discerné une expression de peur sur le visage de son poursuivant. Ou de surprise. Ou d'amusement. Il n'était vraiment pas sûr de toute manière, ce n'était peut-être qu'un reflet en fin de compte. Ce dont il était certain par contre, c'était de décrocher une des grenades de sa ceinture. De la garder en main. De compter dans sa tête en tendant le bras au dessus de la route qui défilait à toute vitesse. 1. 2. 3. A 4, il lâcha l'objet, qui tomba sur le béton défilant sous eux à une vitesse formidable. Et à 5, il regarda l'explosion faire décoller le véhicule et son propriétaire dans les airs. Pivotant de nouveau sa tourelle, Edward ricana en ajustant. Le canon se remit à tourner. Peu avant de retoucher le sol, l'élite se changea à son tour en brume bleue. Puis le Hog prit un virage, remontant visiblement vers la base rebelle qui était passé aux mains du CNSU. Parfait.

_________________



"On m'a dit un jour que j'étais con. A celui qui un jour m'a dit cela. A tous ceux qui me l'ont dit par la suite. Et à tous ceux qui l'ont pensé.
Je. M'en. Fous.
Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Anderson
Marines, Sergent
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 19
Localisation : là où il y a du covenant
Humeur : comme d'habitude
Date d'inscription : 22/08/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte : n/a
Arme n°2 : DMR

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Dim 22 Déc 2013 - 19:09

La prise de la base rebelle avait été rapide. Ces derniers, pris entre deux feux, avait été purement et simplement exterminés. Les véritables complications ne devaient venir qu'après la mission. Enfin, complication... Jusqu'à ce que le Pélican soit abattu, John n'avait pas vraiment été enthousiasmé par sa mission. Il fallait dire que les rebelles n'étaient que de pauvres illuminés qui pensait pouvoir tuer un ours avec un cure-dent. L'adrénaline et la rage avaient remplacé la fatigue et l'ennui de l'esprit du marine dès l'apparition de ces saletés de covies. Si ces saloperie sont là... La mission prenait un nouveau tournant. Autour de lui, les autres passagers du hog de transports commençaient à paniquer. Il fallait dire que la majorité d'entre eux n'avait jamais dût croiser la vermine alienne. Lui n'avait pas eu ce problème la première fois.
Vengeance! Saletés! Tuer!
Il revoyait encore les images de sa femme et de son enfants juste né mourir sous les rayons vitrificateurs des vaisseaux covenants. Bien sur, ces images n'étaient que des chimères, montage mental de ce qu'il avait put voir lors de sa précédente mission, mais cela ne changeait rien aux faits. Les envahisseurs lui avaient arraché les siens, il allait leurs faire payer.
Le première classe fut tiré de ses idées de vengeances par l'arrêt brutal du convoi.

"-Bougez pas messieurs, on a heurté un truc..."

A peine quelques minutes après l'ordre du caporal, une explosion retentit et une vague de volatiles humanoïde fit son apparition. Le cerveau du marine passa en mode binaire. Covenant! Tirer! La totalité du convoi se mit à faire feu sur ce nouveau danger. John ne perdait pas de temps à viser et lâcha ses rafales sans se préoccuper si ses balles faisaient mouche ou d'autre détails du même genre. Il mit plusieurs secondes avant de se rendre compte qu'il avait totalement vidé son MA37.

"Repli bordel de merde, les covenants sont partout, établissez un périmètre de défense dans les restants de la base rebelle en attendant les instructions de l'état-major ! "

John, qui s'apprêtait à sauter du véhicule après avoir laisser tomber son arme à ses pieds pour s'occuper des covenants au corps à corps fut déséquilibré quand le conducteur redémarra pour faire demi-tour. Le marine jura et saisi son DMR pour pouvoir en abattre encore au moins un. Pendant la fuite un croiseur covenant fit son entrée dans l'atmosphère et s'écrasa à la surface de la planète. Lorsque le warthog finit par arriver à l'ancienne base rebelle, John commença à se calmer et à se rendre compte qu'il pleurait littéralement de rage. Il aurait tellement donné pour pouvoir se rendre à la carcasse de l'engin de cauchemar et de faire un carnage. Ou de se faire tuer inutilement en arrivant à porter des armes à plasma d'en face, aurait dit son précédent supérieur.
Conformément aux ordres, les marines organisèrent la défense de ce qu'il restait de l'installation rebelle. John, après avoir rechargé son MA37, se joignit à l'organisation de la défense du point d'entré principal. Il trouva deux pelles bienvenues avec lesquels ils commencèrent à creuser des tranchés dans la cour centrale, de façon à pouvoir avoir une zone de repli au cas où les portes finissaient par tomber aux mains des covies. Un marine poussa une exclamation entre surprise et joie lorsqu'il dénicha du fil barbelé. Intérieurement, John ne put s'empêcher de penser à l'inutilité de leurs actions. Ce n'était pas avec une guerre de position qu'ils allaient vaincre ces foutues bestioles. Mieux valait lancer une offensive, cela permettrait d'en finir une bonne fois pour toute.

Les ODST firent leur arriver en plein milieu des préparatifs. La défense commençait vaguement à ressembler à quelque chose. Bien qu'il ne fut pas désigné pour être de garde, le prmière classe resta attendre une éventuelle attaque alienne par la porte principale, luttant contre son envie de partir en courant arme à la main vers ceux qu'il considérait comme la raison même de tous ses maux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 21
Localisation : CLASSIFIED
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Ven 3 Jan 2014 - 13:15

10 février 2535 - Système Lambda Serpentis - Jericho VII – Zone Rouge - Caporal ODST Jeck.S Anderson - Escouade AEGIS

Le ton était fort et la cadence lourd, a aucun moment celle-ci ne laisser une once de repos à leurs courses, Anderson courait le plus rapidement qu'il le pouvait, surveillant angle mort et piège, évitant toute distraction qui pourrais dégénérer voir s'avérer fatale, il regarder ce ciel, toujours grisetté, comme si la planète elle-même mourait, comme si elle savait qu’elle tragique destin lui était destiner, il eut une pensé à nouveau pour son père, pour sa famille, cette planète elle aussi en habitait, mais d’ici quelques heure, il ne resterais que des cendres, le présage d’une destruction de la civilisation, sa serait le carnage que désirer les Covenants, l’ultime supplice, la fin de leurs monde.
Espoir, il fallait qu’il garde espoir, pour sa planète, sa patrie, pour son espèce et son monde, les hautes herbes commencé à manquer et une route à ce dessiné, c’est alors qu’il vit les cadavres, un élite et quelque rapace, tous étendu sur le sol.

- Si vous voulez mon avis je pense que nos copains les marines ont fait une fête ici. Jackson sourit à ces hommes sous ses mots, il avait l’habitude de rire de la moindre évidence.
Anderson lui regarder le sol en quête d’indices que la scène passé aurait pu laisser, en tirant une conclusion, celui-ci ce ravisa, relevant son physique musclé afin de prendre la parole.
- Au vus des trace de pneus, ils n’étaient pas à pied, je pense que ce sont nos Warthog.
- Il se dirigerait vers la base, voilà qui est parfait.
- Où ils l’ont fui…
- Pas la peine de pisser dans ton froque Auguste, la base est sans doute l’itinéraire le plus sûr.
Auguste venais de ce taire au mot de son Sergent, il n’avait pas l’habitude de parler pour répondre, il était obéissant, ils devaient tous l’être.
Jeck alluma sa liaison COM de nouveau espérant tomber sur un signal alliée.
- Ici le Caporal ODST Anderson de l’Escouade Alpha, est-ce que vous m’entendez, répondez, il marquât une courte pause, les dents crispé et stresser, mais comme pour rassurer ses hommes il revint sur ses pensées, affichant un sourire accompagné d’un message plein de fatalité.
- Génial, aucune réponse, bien, on va devoir avancer sur le bord de cette route jusqu’à la base rebelle, faite attention, le chemin n’est pas sûr.
Avançant silencieusement, l’escouade suivez le Sergent et le caporal en direction de la base rebelle, un bruit fit fondre l’air et un spectre apparus en surface de la plaine, déposant des unités au sol, Grunt, Elites et Rapace était leurs biller pour passer la route. Jeck fit un signe de mains rapidement brusque afin de positionner ses quelques hommes bien à l’affut des regards indiscret des Aliens, ils allaient les prendre par surprise. Les élites et les Grunts avancé vers leurs directions, ne semblant visiblement pas s’être aperçus d’une quelconque présence.
Prenant son SMG-7 en mains Anderson Ordonna d’un mouvement brusque l’assaut sur l’ennemies proche, ce relevant rapidement il fit un coup de crosse dans le crane d’un grognard lui éclatant la boite crânienne avec froideurs et cruauté, sans aucun mépris celui-ci leva son arme pour tirer sur l’élite devants lui, la douleur et l’effet de surprise fit hurler les quelques Aliens à peine préparer, les grognards ayant visiblement vus Jeck abattre leurs chefs ce mirent à courir dans tous les sens.
- Empêcher les de s’enfuirs ! s’écria-t-il avec nervosité.
Des tirs de plasma volé en éclat, Anderson fit volte-face tuant un rapace venant de tiré sur son unité. Voyant les Covenants déchirer laissant le sol tacher de leurs sangs extraterrestres celui-ci ordonnât un cessez le feu.



- Caporal, ont à un homme à terre, le sergent est toucher !
Anderson courait aussi vite qu’il le pouvait, ils s’accroupie rapidement près de son amis qui était maintenant allonger sur le sol, du sang s’écouler abondamment de son buste, sa gorge était déjà remplis du liquide rougeâtre dévoilant ainsi une hémorragie interne.
- Trousse de soins vite !
- Jeck… merde, enfoiré de rapace… il m’a touché, argh.
- Vite envoie la trousse merde !
Auguste envoya la trousse aussi tôt dans les mains de son chef, le caporal en sortis aussi vite qu’il le pu une compresse.
Maintenant le flux du sang avec celle-ci il tenta de savoir ou la balle ou plutôt le projectile l’avait touché.
- Jeck… c’est…
- Ne parle pas, tu vas t’en tirer.
Jeck n’abandonner pas, il savait ce que voulais lui dire son Sergent il l’avait remarqué, l’arme l’avait touché au niveau du cœur, on ne pouvait pas arrêter l’hémorragie, c’était déjà un miracle que Jackson puisse encore parler.
- Jeck, c’est le cœur… sa sert à rien.
Les larmes aux yeux d’Anderson commencèrent à sortir laissant alors sa tristesse apparaitre dans la froideur de son casque, trahissant ainsi l’ultime ressentiment qu’il n’avait pas libérer depuis Harvest.
- Tu… tu va-t’en sortir, tu ne peux pas mourir ok, tu ne vas pas… ont à besoin de toi merde !
- Jeck je…
Les yeux de Jackson ne bouger plus, il était fixé sur Jeck, la vie venait de s’éteindre en lui, la vie d’un homme, la vie d’un ami, la vie de son Chef, de son mentor, de l’homme qui la guider dans plus de milles supplices, sa vie ce terminé ainsi, ce qu’il est, ce qu’il aurait pu être, tout était finis, Jackson avait rendu son dernier souffle.
- Non, non… Jackson, réveille-toi, aller, réveille toi merde !
Anderson était effondrer, sur le corps de Jackson, restant un instant, le suppliant de revenir à la vie, les autre ODST de l’escouade observer, et l’un deux s’approcha de Jeck avec le plus grand respect.
- Caporal… il faut qu’ont partent.
- Je sais.
A ces mots Anderson ce releva sans difficulté, arrachant la plaque militaire de Jackson il baissa les yeux fixant le regard mort de celui-ci, le Caporal ODST pris le temps d’une pose, le regarder une dernière fois « à un jour vieux frère ».


L’entré principal de la base était bien garder, les Marines avait belle et bien pris la base rebelle comme centre de commandement temporaire. Le tank scorpion ce vit rapidement remarquer par Anderson, qui ne posa aucune question ni même n’adresser la parole au quelques marines qu’il croisait, il n’en ressentait pas l’envie, parler était trop dur, quelque homme décharger deux ou trois matériaux et armes se trouvant sur un Warthog de transport tandis que d’autre s’occuper simplement de la garde de la zone.
- Bordel, vous avez survécu comment ?!
- T’occupe soldat, qui est ton supérieur ici ?
- C’est le Caporal Sorince Monsieur
- Et il se trouve ou ?
- Il est dans le bâtiment principal Caporal.
Le regard vide mais toujours aussi attristé, Anderson donna l’ordre à ses hommes de surveiller le périmètre. Se dirigeant vers l’entré principal il tomba nez à nez avec un personnage qu’il ne s’attendait pas à revoir.
- John ?
- Salut Jeck.

_________________



Spoiler:
 


"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
John Anderson
Marines, Sergent
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 19
Localisation : là où il y a du covenant
Humeur : comme d'habitude
Date d'inscription : 22/08/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte : n/a
Arme n°2 : DMR

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Sam 1 Fév 2014 - 0:38

John Anderson montait la garde à l'entrée principale quand une voix familière le fit tressaillir :

"John?"

Il se retourna. En face de lui se tenait Jeck, son cousin terrien, qu'il n'avait plus revu depuis des années. Il portait une tenue d'ODST et les emblèmes de son grade de caporal. La vue d'un visage familier lui fit oublier les horreurs qui précédaient la rencontre.

"Salut Jeck.
-Qu'est que tu fais ici ?
-Bah je tue des covies, du moins quand il y en a en face."

Le TCAO le regarda droit dans les yeux.

"Tu es devenue Marine...
-Ouais, pour l'honneur de la patrie et le reste" Répondit John d'un ton où pointée une certaine ironie amère dont il avait le secret.
-Je vois... Et ta femme, elle en dit quoi ?"

Le visage de John se renferma et son regard devint dur.

"C'est pour elle que je suis là."

Jeck baissa les yeux.

"Alors c'est comme ça... tu compte tuer par vengeance...
-Je ne serais jamais vengé, pas tant qu'une de ces saloperies vivra.
-Je suis impliqué dans cette guerre depuis bien longtemps, je peux t'affirmer une chose John, L'humanité perd.
-Et alors, qu'est-ce que j'ai de mieux à faire? Reconstruire ma vie, racheter un labo sur une autre planète, et attendre qu'ils arrivent?
-C'est peut-être la meilleure des choses à faire vue la situation !
-Jeck... Tu sais que j'ai passé ma vie à me battre, contre mon père, contre le système,... Ce n'est pas aujourd'hui que je vais commencer à attendre.
-Il ne s'agit pas de toi mais de nous ! Tu crois avoir tout perdu mais là on touche le font, l'humanité perd, on ne tiendra pas bien longtemps à ce décompte et toi tu préférerais te battre ?!
-Je devrais déjà être mort. Ma survie est dut au hasard! Au pure hasard! Je ne peux plus les fuir après ce qu'ils m'ont enlevé. Si l'humanité est condamné, alors autant en emmener un maximum en enfer avec nous!
-Tu crois qu'ont à pas une autre chose, tu pense vraiment que tout est perdu au point de creuvé sur un tas de terre ?!
-Comme quoi? Pulverisé dans l'atmosphère? C'est ce que toi tu risque, alos ne me traite pas d'irresponsable."

La discussion s'envenimait entre les deux soldats. La joie qu'avait ressentit John en retrouvant son cousin s'était dissipé. Ce dernier commença à élever la voix.

"Moi je suis pas un scientifique, je suis un soldat, je sais me battre je suis la pour ça, chaque jours, chaque instant nous mourront pour des type comme toi, alors ne me traite pas d'irresponsable !
-Des types comme moi?" Répliqua le marine en commençant à crier, faisant tourner la tête aux guetteurs les plus proche "Alors où étais-tu quand ils sont arrivé? qu'à fait le CSNU pour évacuer les civils!
-Où j'étais ? Où j'étais tu pense que ça à voir quelque chose, tu penses que j'aurais pu l'empêcher? On perd John, tous ces hommes n'y changeront rien, tout ce qu'il nous faut c'est du temps pour faire évoluer les choses et ça nous ne l'avons pas! Regarde moi, John, tu penses vraiment que si j'avais su je les aurais laissé lui faire du mal ? Je donnerais ma vie pour sauver n'importe quelle vie si je le pouvais !"

John regarda Jeck en biais.

"Tu aurais donné ta vie? Mais quelle différence avec moi? Des scientifiques, il y en aura toujours, mais pas des comme moi. Je suis chercheur en neurotoxines, ce n'est pas mon travail qui aurait changé la guerre. Alors pourquoi n'aurais-je pas le droit de ma battre ?
-Je te l'ai déjà dit, il ne s'agit pas de toi mais de ce monde, écoute John... je sais que ce n'est pas facile mais... il faut que tu t'accroche. Cette guerre, je n'aimerais pas savoir que tu y es resté en vain, elle n'aurait pas voulu ça, jamais.
-On ne saura jamais ce qu'elle aurait voulu, maintenant.
-Tu sais que j'ai raison.
-Et toi que tu ne me fera pas changer d'avis
-Sans doute... Fait attention à toi, John, ne meurt pas.
-Toi non-plus, je serais capable de t'en vouloir." Conclut John avec un petit sourire.

Jeck fit mine de ne pas y faire attention. Il salua John de la main et repartit dans la direction inverse, laissant le première classe méditer sur les paroles de son cousin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djerin Rashkae
ODST, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 20
Localisation : Jericho VII/Retribution/Reach/Talista (selon l'année)
Humeur : Envie de faire mieux
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Arme n°1 : SRS99D-S2 AM
Autre Compte :
Arme n°2 : M7S Submachine gun

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Lun 3 Fév 2014 - 22:34

Rashkae ? Tu descend j'ai besoin de toi !

Djerin pencha la tête de la guérite ou il se trouvait. À son pied se trouvait un des membres de son escouade qui lui faisait signe de quitter son poste pour le rejoindre. L'ODST dévala l'échelle pour poser ses pieds sur la terre ferme.

Yep ! Qu'est ce qu'il y a ?

On réunit quelque bons tireur pour protéger les gars qui vont aller piéger le terrain. J'me suis dit que tu leur serais pas de trop....

T'assure ma garde ?


Évidemment, il faut quelqu'un pour vous prévenir de vous replier si les covies rappliquaient. Pense à passer par l’infirmerie, ils distribuent de l'eau fraîche et un peu de bouffe récupérée chez les rouges. Départ du groupe dans dix minutes devant le tank à l'entrée. Je te conseille d'y être.

J'y serais.

Le jeune homme partit au petit trot vers l'armurerie de la base. Se rappelant dans quelles circonstances il y était passé la dernière fois, il eut un rictus. La porte défoncée pendait sur ses gonds. Il restait peu de chose, les marines ayant sûrement distribué le matériel à leurs hommes. Il put néanmoins ramassez une dizaine de chargeur pour son sniper. Il prit ensuite la direction de l'infirmerie. Il put attraper une bouteille en plastique et un sandwich qui semblait fait de la même matière. Cependant, il était moins mauvais que les rations qui patientaient dans son barda.

Lorsqu'il eut rejoint l'équipe devant le char, Djerin s’aperçut que le groupe était vraiment petit. Deux marines portaient des sac énormes, et deux autres vérifiaient leurs armes. Les quatre parurent surpris de le trouver là mais ils n'émirent aucune protestations quand ils eurent aperçu le canon qui dépassait entre les omoplates de l'ODST.

On attend quoi ? Ou qui ?


La fin de la mise en place du plan. On ne voudrait pas les mettre n'importe ou... Ya une sacrée dose d’explosifs la dedans.

Celui qui venait de parler montrait son sac à dos du pouce en souriant de toutes ses dents. Djerin hocha la tête silencieusement. Soudain, le marine se leva brusquement.

C'est bon, on y va ! On reste groupés, et on ne se fait pas remarquer. Tu prend la tête.

Djerin partit donc le premier, son fusil en mains, tournant la tête de droite à gauche pour chercher le moindre signe de mouvement. Un coin de son ATH afficha brutalement une petite carte des alentours de la base parsemée de point bleus. Il guida les marines vers le plus proche. Ils s'attelèrent à enterrer sous une fine couche de terre un paquet d'explosifs.

Bon, ça ne tiendra pas une minute face à une fouille intensive, mais un combattant en train de courir ne la verrait même pas.

Ils passèrent ainsi plus de vingts minutes à placer des bombes un peu partout autour du camp selon le schéma pré-établi par leurs supérieurs. Lorsqu'il fut complété, il y eut comme un relâchement dans le petit groupe.

Bon, on se rentre ? Je tiens pas à bronzer sous les tirs de plasma.

Ça dépend. Il ne reste aucune bombe j'imagine....

Si, j'en ai encore trois, pourquoi ? T'as envie de les poser quelque part ?

Tu vois cette colline ?


On peut pas la louper, c'est la plus haute de la région.

Ce camp est très mal placé, il aurait du être mis là-haut, mais le sommet est trop petit. Si j'y montais, avec un bon équipier je pourrais abattre des soldats sans qu'ils se doutent d’où je suis...

Tu voudrais la raser ? Même avec trois paquets, ça suffira jamais, il en faudrait plutôt trois cents...

Non, en effet, par contre pour nettoyer le sommet, c'est suffisant, si jamais on nous canardait. Vous voulez m'accompagner ? S'ils sont là-haut, c'est une mission suicide.

Non, toi t'es ici parce qu'un de tes potes qui était en période repos a pris ta garde, donc techniquement, tu peux faire ce que tu veux. Nous on doit rentrer et recevoir de nouveaux ordres...


Tant pis. Tu me les passe ?


Le marine lui tendit les trois petit paquets que Djerin fixa dans ses affaires. Les quatre soldats partirent directement rejoindre l’abri de la base reconvertie en bunker. L'ODST se retourna, et prit la direction de la petite colline coiffée d'un bosquet qui surplombait leur position fortifiée. La pente était raide, et le jeune homme devait marcher le plus courbé possible pour ne pas attirer l'attention d'un éventuel tireur ennemi.

Le métis accueillit le sommet avec un certain soulagement, soulagement qui disparut lorsqu'il aperçut le déploiement des forces extra-terrestre. De l'autre coté de la colline, à une ou deux bornes, se trouvait ce qui semblait être un bonne partie des survivants du crash. Les aliens avait déjà commencé à ériger des parapets et quelques guérites. C'était l'explication logique des mouvements de navettes qu'il avait vu au-dessus de cette zone.

Rapidement, Djerin déballa la première bombe, et la plaça dans l'axe entre les deux camps, du coté de l'UNSC, entre les racines d'un arbre qui offrirait un excellent abris pour un tireur de plus de deux mètres de haut. Il enterra les deux autres sur le même coté du sommet, lui important seulement de se débarrasser des tireurs qui aimeraient ajouter des marines à leurs tableaux de chasse. Il jeta un dernier coup d’œil au camp des covenants pour prendre quelques clichés avec la lunette de son fusil. Et la, un frisson lui vrilla la nuque.

Le long de la pente, un groupe d'aliens montait. Quelques élites suivit de leur clique de grognards et autres Jackals. Au total, il devaient être une vingtaine. Malgré ses compétences de tireur, jamais il ne pourrais les empêcher de sonner l'alarme s'il commençait à leur tirer dessus maintenant. Cependant il ne pouvait  pas les laisser monter, les fusils qu'ils transportaient ne laissant aucun doute sur leurs intentions. Un peu partout dans le bosquet, le jeune ODST installa des fils de détente reliés à des grenades. Les covenants n'étaient plus très loin du sommet, et Djerin sentait un frisson d'excitation mêlée de crainte lui parcourir le bas du dos. Il s'embusqua sous un buisson.

Les aliens pénétrèrent dans le bosquet sans discrétion, les grognement et autres glapissement faisant sans doute office de conversation. La première grenade se dégoupilla, tout les covenants se figèrent brutalement. L'explosion emporta un des élites et trois de ses subalternes. Djerin leva la tête dans un instant de mémoire et loucha sur la grenade qu'il avait lui-même placé juste sous son nez. D'une roulade sur le dos il partit se mettre à l'abri derrière un arbre. Le bruit provoqué par sa fuite attira les autres ennemis. Même si la grenade qu'il venait de fuir explosa avec des grognards, il ne se pencha pas pour les compter. Au contraire, il jeta la dernière qu'il possédait au milieu du bosquet et jaillit un instant après la détonation pour cribler de plomb deux jackals et rejoindre un autre arbre.

De ce nouveau couvert, il voyait son fusil, posé sous un tas de feuilles, à trois mètres de lui. Trois mètres de trop. En effet, il entendait les covenants se regrouper dans son dos.

Rashkae ? Bordel les gars sont revenus depuis un moment. T'es ou ?

Sa COM venait de retentir. Revenant de sa surprise, Djerin répondit brutalement.

C'est pas le moment. Situation délicate.


Bouge toi, ya un regroupement des gars prévu d'ici une quinzaine de minutes devant le bâtiment principal. Si t'y est pas, je te botterais le cul personnellement.


C'est ça, c'est ça, tu viendra botter le cul de mon cadavre.

Il coupa rapidement avant de rouler en avant, non pas en direction de son arme, mais vers l'arbre dont il avait jaillit quelques instant plus tôt. Il en profita pour faucher un suceur de méthane d'une courte rafale. S'il avait bien compté, il devait rester la moitié du groupe qui était monté. Moins s'ils avaient envoyé quelqu'un pour sonner l’alerte. Soudain, l'explosion du dernier des trois pièges qu'il avait installé blessa un des élites restants. Le cri qu'il poussa détourna les autres aliens le temps que Djerin courre vers son fusil et d'un mouvement brusque vide le chargeur sur le dernier des grands aliens. Les grognards encore présents refluèrent à la mort de leur chef, poussant le dernier Jackal dans leur sillage.

Djerin les tira comme des lapins pour finir le travail et prit les clichés qu'il voulait avoir. Il se retourna et fut arrêté par une flèche de douleur brute dans l'épaule. Il tomba à genoux et chercha la source du tir qui venait de le traverser. L'élite aux jambes coupées alignait sa carabine pour tirer une seconde fois. Les mandibules lui servant de mâchoire furent arrachés quand la rafale de mitraillette lui traversa le crane. Il enroula les fusil de précision des covenants, et, tenant son épaule tant bien que mal, il y glissa la pointe d'une bombe de mousse qu'il vida pour partir vers la base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Sorince
Marines, Forces Spéciales, Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 22
Localisation : Planqué derrière mes hommes.
Humeur : Oh...Ohoh...Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans ma tête?
Date d'inscription : 20/01/2011

Feuille de personnage
Arme n°1 : M45 TS
Autre Compte : Dar'Lauc
Arme n°2 : pistolet M6D SOCOM

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Sam 8 Fév 2014 - 6:40

Assit sur le bord d'une des fenêtres du bâtiment principal, Carl fixait le ciel de la planète d'un air songeur. Bien, ils étaient rentrés, très bien. Mais si les covies gagnaient là-haut? Cela n'aurait été qu'un sursis. Ces salopards étaient capables de griller des planètes entières, alors une escouade de marines... Peut-être que sa vie allait s'achever ici, dans une base miteuse surplombant un tas de boue sans intérêt...Et après avoir tuer un nombre non-négligeable d'hommes et de femmes ne partageant pas ses idées, sans doute avait-il déjà une place en enfer.
Cette pensée le fit rire. L'enfer, le paradis. Quelle connerie, la justice n'était déjà pas présente dans la vie, pourquoi la serait-elle lors de son aboutissement?
"-Caporal !"
Le chevelu détourna son regard du ciel pour le diriger vers l'origine de l'exclamation, un première classe l'observait, au garde à vous, visiblement avide de lui faire part de ses réflexions.
"-Parlez première classe.
-Les ODST sont là.
-Alors ils ont survécu...Hordika, vos potes sont toujours debout !"
Le concerné, appuyé contre un mur a quelques mètres de là hocha la tête sans grande conviction, l'optimisme du jeune helljumper devait égaliser celui du caporal pour ce qui concernait la suite des évènements. Tout en se retournant vers son bien-aimé ciel, le marines déclara d'un ton monocorde :
"-Prévenez-les pour leurs sergents dans les vappes, précisez bien qu'il va s'en sortir, je voudrais pas me prendre la tête avec son remplaçant. Remarquant que la première classe avait encore quelque chose à dire, le jeune homme haussa un sourcil avant de continuer d'un ton excédé.Quoi d'autres?
-Sanders vous demande."
Long soupir, le demandé dirigea son regard vers la gauche de la pièce où les corps meurtris des quelques blessés présents dans ce grand bâtiments gisaient depuis un petit moment. Qu'est-ce qu'elle lui voulait encore...Sautant de sa fenêtre dépourvue de vitres, il rejoignit la blessée, enjambant les carcasse inanimées du sergent Hicks et de deux autres types aux noms inintéressants avant de s'accroupir a gauche de la demoiselle. Cette dernière le fixait de ses yeux gris en affichant ce qui semblait être une expression de douleur intense. Le saignement de sa jambe c'était arrêté, pas la douleur...Et ils n'avaient plus de morphine. Bien entendu, cette vision ne faisait ni chaud ni froid au caporal, mais, pour l'occasion, ce dernier se forçait tout de même à afficher un air de franche compassion.
"-Je suis contente de vous savoir vivant. Fit-elle en serrant les dents.
-Moi-même je suis assez satisfait d'être toujours en vie." Répondit le chevelu d'un ton sarcastique.
Le rire forcé de Sanders le fit sourire, son attitude avait changée du tout au tout depuis le début de l'opération, c'était déjà plus acceptable d'échanger avec...Néanmoins, a cet instant précis, Carl n'avait envie d'échanger avec personne, il voulait juste attendre gentiment l'arrivée des covenants et surtout des potentiels secours pour partir loin, très loin d'ici. Le fait qu'un autre être que lui, dans une position bien moins agréable, s'intéresse à la survie de ce splendide homme qu'était le dernier né des Sorince ne l'intéressait nullement.
"-Vous savez le plus drôle?
-Dites toujours.
-Ce qui me fait le plus mal, c'est pas ma jambe...C'est mes côtes.
-Vous avez prit un coup là-aussi? Manda le caporal, sans grande conviction.
-La doc dit que j'ai au moins une côte cassée, sans doute deux. Lâcha la demoiselle meurtrie. Mais apparemment, j'ai pas de poumons perforés, donc ça aurait pu être pire.
-Allons bon. Ajouta-t'il, d'un ton faussement intéressé.
-Mais je déguste quand même un max'..." Continua-t'elle d'un ton déchirant avant d'être prise de spasme et de saisir le bras du caporal a ses cotés. Ce dernier haussa un sourcil lorsque la main gelée de la blessée se posa sur sa peau, mais ne tenta pas de se dégager...Pour la simple et bonne raison qu'elle semblait vraiment "déguster un max". Les yeux exorbité et les dents serrées, Elena luttait contre la douleur de toutes ses forces, cela se sentait d'ailleurs, puisque ses ongles s'enfonçaient dans la chaire de Carl. Fort heureusement, au moment où le sang commençait a apparaître, un certain ODST débarqua dans la salle, mandant d'une voix forte un certain Sorince. Se dégageant du douloureux piège dans lequel il s'était lui-même jeté, ce dernier lâcha un : "Je reviens." d'un ton neutre avant de rejoindre l'helljumper.
"-Caporal Jeck Anderson, Hicks est à terre donc?
-A terre mais en vie, ça aurait pu être pire...Confia le marines en enjambant le corps du concerné. Vous avez eut le temps d'appeler des secours?
-Oui, mais les transmissions sont brouillées, ils semblent tout de même avoir reçu mon message.
-Splendide, quand est-ce qu'on est évacué? S'enquit de demander le caporal chevelu d'un air soudainement enjoué.
-Au vu de la situation, je ne peux rien affirmer."
Long silence. Carl fixa ses chaussures avant d'éclater de rire pendant une longue minute, sans prêter attention aux regards interloqués des marines présents aux alentours.
"-Super...Aha...Fantastique ! On sait qu'ils ont reçut l'appel, mais on ne sait pas si ils vont faire quelque chose pour nous aider, nous voilà bien avancés ! Personne n'arrive a communiquer avec nos gars là-haut, personne ne sait si ils ne sont pas déjà sous la forme de carcasses démembrées et a moitié calcinée flottant dans le vide spatial. Avancés? Que dis-je, c'est bien plus que ça, nous sommes carrément sauvés ! Il marqua une pause. Je sais pas ce que vous en pensez mon vieux, mais moi je trouve que c'est une journée de merde."
Nouveau silence, l'ODST s'approcha de son collègue marines en relevant la tête :
"-Il nous reste l'espoir, c'est déjà ça...De toute manière, si ils comptent nous évacuer, ils ne le feront pas ici.
-Super, cracha le marines, excédé par le calme de son interlocuteur. Vous avez un plan?"
Le concerné se dirigea d'un pas lent vers la fenêtre du bâtiment, s'arrêta devant cette dernière et fixa la fumée surplombant la carcasse du vaisseau covenants au loin durant quelques secondes.
"-Si je ne me trompe pas, une évacuation tactique doit se faire dans une zone libre, hors la zone rebelle est une zone dite fragile. Le regard perdu dans le lointain, il continua : Toutefois, si nous arrivons de l'autre coté du croiseur, il est possible de nous en sortir. Il y a un avant-poste de l'UNSC dans le coin."
Cette dernière révélation eut au moins le mérite de faire cligner des yeux Carl.
"-Vous auriez pu le dire plus tôt...Les blessés pourront pas faire le voyage. Il faut que quelqu'un les défende. Mes gars et moi allons les retenir aussi longtemps que possible pendant que vous et les vôtres irez chercher nos potentiels taxis. J'échangerais volontiers les rôles mais je ne sais absolument pas où se trouve ce fichu avant-poste...Rassurez-moi vous savez où il est?
Hochement de tête de la part de l'interrogé, le chevelu lui tapa l'épaule avant de conclure en ajoutant. Notre warthog gauss fonctionne encore, il vous sera plus utile qu'à nous, je vous laisse briefer vos gars, je brieferais les miens."
Anderson le salua, tourna les talons et se dirigea vers la sortie d'un pas rapide avant de s'arrêter brutalement.
"-Un de vos hommes est important à mes yeux, pourriez-vous veillez sur lui?
-Dites toujours son nom, j'essaierais de faire attention. Lâcha l'intéressé d'un ton fatigué.
-Première classe Anderson, John Anderson."
Evidemment, la même famille, quel coup de chance.
"-Bien, je le maintiendrais en vie...Mais sa survie dépend surtout de votre rapidité d'action. Bonne chance.
-Ne vous en faites pas, je sais ce que j'ai à faire. Fit le sauteur de l'enfer avant d'ajouter. Bonne chance à vous aussi."


Quelques minutes plus tard, les marines encore debout étaient réunis devant le tas de taule qui leurs servaient de dernier abris. Une dizaine d'hommes et de femmes fatigués attendaient les bonnes nouvelles de leur supérieur qui se tenait face à eux...Les poings sur les hanches et le sourire aux lèvres, il observa un court instant Hordika rejoindre la troupe d'Anderson avant de commencer son sermon :
"-Messieurs, mesdames, j'ai la joie de vous annoncer que nous ne sommes, peut-être, pas condamnés. Jeck Anderson, le boss de nos amis en noirs, sait où trouver les taxis qui nous permettront de quitter cet enfer, il va partir avec ses gars encore en état les chercher et pendant ce temps-là, nous, nous allons retenir l'ennemi. Carl s'accorda une pause, balaya ce maigre rang de marines face à lui du regard avant de poser ses yeux sur la première classe Slyter. Votre "trouvaille", Calius risque fort de nous être extrêmement utile, je vais vous aider a prendre soin de ce tank. Puis, pour conclure, il frappa dans ses mains et gueula quelques ordres: Couvrez toutes les entrées ! Si vous êtes submergés, prévenez les autres escouades et repliez-vous dans le bâtiment derrière-moi, les meilleurs héros sont les héros vivants alors inutile de se sacrifier bêtement, on est déjà en infériorité numérique...Anderson ! Venez avec moi et Calius a l'entrée Nord, un certain helljumper m'a dit de vous maintenir en vie alors c'est ce que je vais faire, sinon on va encore jaser... Allez messieurs, magnez-vous le train !"

Hrp : Allez hop, je rassemble tout les pjs sur la porte nord, ça évite la confusion. Ah ouai et j'ai pas dormi de la nuit donc si la qualité de mon post est dégueulasse a vos yeux c'est normal...D'autant que c'est dur de se remettre dans le contexte après un mois de glandouille Razz

_________________
"Je me présente, Carl Sorince, sarcastique, cynique, cruel et schyzophrène...Passons maintenant à mes points négatifs..."-Carl Sorince, auteur du roman "moi, mon reflet, mes photos et encore moi."

"Il est normal qu'un sale gosse comme moi soit devenu celui que je suis désormais...C'est à dire un tueur mieux placé et mieux payé que les types biens."-Carl Sorince à propos de lui-même.

"Mes gars...Mes exécuteurs...Sont pas des héros. Non, pas des héros...Et moi non plus d'ailleurs. Nous sommes bien mieux. Nous sommes des tueurs de héros."-Carl Sorince à propos des sanglots.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeck Anderson
ODST, Sergent
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 21
Localisation : CLASSIFIED
Humeur : Réfléchis dans l'action.
Date d'inscription : 02/03/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : Fusil d'Assaut MA37 Calibre : 7,62 mm / Chargeur : 32 balles
Autre Compte : Hayden Hughes / Mike Sherman
Arme n°2 : M392 DMR Calibre : 7,20 mm / Chargeur : 15 balles

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Lun 10 Fév 2014 - 10:33

10 février 2535(calendrier militaire)  - Système Lambda Serpentis - Jericho VII – Base Rebelle - Caporal ODST Jeck.S Anderson - Escouade AEGIS - Opération Deep Fire

Jeck ravisa immédiatement son regard démunis à la vue de John, il avait beau porté un casque, il avait toujours ce fameux réflexe de ne rien montrer. Il n’y croyait pas plus qu’il ne le voyait, John, son cousin, ici devant lui, un scientifique qui pourtant semblait habillé en militaire « étrange » rétorquait Jeck dans sa tête.
- Salut Jeck.
- Qu'est que tu fais ici ? La question était si lancinante pour l’ODST quel en devenait presque fatigante, que pouvait faire un membre de sa famille là où il s’y attendait le moins, là où il savait qu’aucun d’eux ne viendrait. Pourtant John le regardait, droit dans son casque, perçant profondément l’état déjà bien troublé d’Anderson.
- Bah je tue des covies, du moins quand il y en a en face.
Tout était claire, son cousin était devenu un soldat, lui qui était pourtant un scientifique hors du commun, il était devenu un simple marine au service de leurs patrie.
- Tu es devenue Marine..., dit-il d’une voix accablé par ce constat.
- Ouais, pour l'honneur de la patrie et le reste" Répondit John d'un ton où pointée une certaine ironie amère dont il avait le secret.
Jeck lui ne plaisantait pas, il était plutôt en colère, une colère qu’il ne montrait pas.
- Je vois... Et ta femme, elle en dit quoi ?, la voix posé mais à la fois dure il baissa la tête légèrement, regardant de haut en bas le marine.
Le visage de John se renferma et son regard devint dur. La question de Jeck semblait l’avoir troublé.
- C'est pour elle que je suis là.

Anderson baissa les yeux dans son sombre casque, il ne supportait pas d’imaginé le doux visage de cette femme qu’il appréciait tant, sont doux visage mort. Il l’appréciait particulièrement  quand elle lui envoyé un télégramme d’urgence avant qu’il ne parte en mission, elle pensée à lui comme John sans doute, ils étaient la seule famille qu’il fréquenté, les seul personnes qu’il aimait. « Bonne chance, revient nous voir » le télégramme ne disait que ceci et cela représenté beaucoup pour Jeck, cela l’obligeait à rester en vie pour quelqu’un, pour eux.  Mais, il n’était jamais venus, il ne passait que quand le temps lui en était accordé, quand il n’était pas dans un état second ravagé par la guerre.
- Alors c'est comme ça... tu comptes tuer par vengeance...
- Je ne serais jamais vengé, pas tant qu'une de ces saloperies vivra.

Jeck regretté amèrement avoir raison dans ses pensées, John ne voulait pas se battre pour l’humanité, mais seulement pour ce vengé, seulement pour mourir au combat et ce sans doute le plus rapidement possible. Il rétorqua dans la discussion, tentant de lui faire entendre raison.

- Je suis impliqué dans cette guerre depuis bien longtemps, je peux t'affirmer une chose John, L'humanité perd.
- Et alors, qu'est-ce que j'ai de mieux à faire? Reconstruire ma vie, racheter un labo sur une autre planète, et attendre qu'ils arrivent?
- C'est peut-être la meilleure des choses à faire vue la situation !
- Jeck... Tu sais que j'ai passé ma vie à me battre, contre mon père, contre le système,... Ce n'est pas aujourd'hui que je vais commencer à attendre.
- Il ne s'agit pas de toi mais de nous ! Tu crois avoir tout perdu mais là on touche le font, l'humanité perd, on ne tiendra pas bien longtemps à ce décompte et toi tu préférerais te battre ?!
- Je devrais déjà être mort. Ma survie est dut au hasard! Au pur hasard! Je ne peux plus les fuir après ce qu'ils m'ont enlevé. Si l'humanité est condamné, alors autant en emmener un maximum en enfer avec nous!
- Tu crois qu'ont à pas une autre chose, tu penses vraiment que tout est perdu au point de crever sur un tas de terre ?!
- Comme quoi? Pulvérisé dans l'atmosphère? C'est ce que toi tu risques, alors ne me traite pas d'irresponsable.
Jeck écarquiller les yeux, il était déçus par les propos de son cousin net encore plus des raisons qui le poussé à toute abandonné.
Les deux hommes commencèrent doucement à élever la voix, s’énervant dans une spiral d’arguments et de propos des plus enveniment.
- Moi je suis pas un scientifique, je suis un soldat, je sais me battre, je suis là pour ça, chaque jours, chaque instant nous mourront pour des type comme toi, alors ne me traite pas d'irresponsable !
- Des types comme moi?" Répliqua le marine en commençant à crier, faisant tourner la tête aux guetteurs les plus proches "Alors où étais-tu quand ils sont arrivé? qu'à fait le CSNU pour évacuer les civils !
- Où j'étais ? Où j'étais, tu penses que ça à voir quelque chose, tu penses que j'aurais pu l'empêcher? On perd John, tous ces hommes n'y changeront rien, tout ce qu'il nous faut c'est du temps pour faire évoluer les choses et ça nous ne l'avons pas! (il s’approchât de John ce tenant droit devant lui) Regarde-moi, John, tu penses vraiment que si j'avais su je les aurais laissé lui faire du mal ? Je donnerais ma vie pour sauver n'importe quelle vie si je le pouvais !

John semblait calmé, il se tourna légèrement regardant Jeck de biais, ils n’ent était pas à leurs première dispute, mais le sujet les concernant n’était pas une chose simple à conversé.

- Tu aurais donné ta vie? Mais quelle différence avec moi? Des scientifiques, il y en aura toujours, mais pas des comme moi. Je suis chercheur en neurotoxines, ce n'est pas mon travail qui aurait changé la guerre. Alors pourquoi n'aurais-je pas le droit de me battre ?
- Je te l'ai déjà dit, il ne s'agit pas de toi mais de ce monde, écoute John... je sais que ce n'est pas facile mais... il faut que tu t'accroche. Cette guerre, je n'aimerais pas savoir que tu y es resté en vain, (il stoppa légèrement ses paroles et repris subitement quelques mots dans un soupir) elle n'aurait pas voulu ça, jamais.
- On ne saura jamais ce qu'elle aurait voulu, maintenant.
- Tu sais que j'ai raison.
- Et toi que tu ne me feras pas changer d'avis
John avait raison, Jeck ne pouvait pas le faire changer d’avis, n’y même entrevoir la même souffrance que lui, il n’avait pas de femme lui, n’y même d’enfant, il était étrangement seul, étrangement triste et sans cœur, mais il ne devait pas s’arrêter, il ne pouvait pas s’apitoyer, son cousin venait de perde sa femme, sa vie et devenue comme ça, il ne pourrait rien y changé. Une voix harmonieuses et faible sortis subitement de sa bouche, de son casque, parcourant les fine oreilles de John.
- Sans doute... (un court silence signé leur conversation et de nouveau une phrase sortis) Fait attention à toi, John, ne meurt pas.
- Toi non-plus, je serais capable de t'en vouloir. Conclut John avec un petit sourire.
Jeck voulu sourire à son tour, mais il n’y arrivait plus, il se précipita lentement vers la direction indiqué par un marine plus tôt, tentant d’oublier ce détail gênant.


Il entra dans le bâtiment principal, étrangement un ODST en armure assis sur une caisse démontant son M45-TS lui adressa la parole, il avait baissé le volet de sa visière tactique et l’on pouvait entrevoir un visage jeune et à la fois curieux.
- Vous n’avez pas l’air dans votre assiette, rétorqua l’individu.
Jeck fit tourner sa tête en biais, le regardant rapidement, il commença à recommencé à marcher quant soudainement l’individu éleva à nouveau la voix.
- Jackson était un excellent Sergent..
Jeck se retourna vivement vers lui, il était seules dans la salle.
- C’est vrais… Anderson à ces mots baissa la tête.
- Il s’avait y faire pour, tuer des covies, et je ne parle même pas des rebeux.
- Ou voulez-vous en venir, soupira Jeck dans une irritation nouvel.
L’ODST se leva de la caisse, enlevant son casque rapidement il le déposa sur celle-ci, il avait les cheveux blonds et une frange était étonnamment hissée du côté gauche de son crâne. L’individu s’approcha doucement de Jeck et une fois arrivé devant lui il lui sortit c’est mots tout en paraissant réfléchir.
- Et alors, il n’aurait sans doute pas voulu que vous pleuriez sa mort maintenant.
Jeck le chopa et le plaqua rapidement contre un mur derrière celui-ci.
- Et t’est qui pour me dire ça !
L’ODST regardait Jeck sans dire un mot, il semblait réfléchir mais à la fois compatir.
Il posa délicatement sa main sur celle de Jeck qui l’agrippé et le regarda avec un grand sérieux.
- Personne, mais je sais que Jackson avait confiance en vous et moi j’avais confiance en Jackson (il sortit la main de Jeck qui lâchât prise et le regarda de nouveau)  Arrêtez donc de jouer au marine (dit-il avec un sourire) on est des ODST, la mort sa nous connais et je donnerais ma vie pour les gars qui ont besoin de nous ici.
- La mort c’est tout ce qu’il nous reste ! rétorqua Jeck vainement énervé.
- Et que faites-vous de l’espoir ?
Jeck ouvrit les yeux comme interrogateur, espoirs, ce mot lui avait tant manqué, il avait littéralement disparut à ces yeux le jour où il a vu les mondes tomber sous le feu des covenants, le jour où les habitants offrirent leurs force à une armée et non à une nation. Il avait tout perdu, mais cet homme venait de lui dire, cet homme venait de lui rappeler que ce mot existait.
Jeck ne s’avait plus trop ou donnait de la tête, il regardait l’ODST comme s’il se regardait, jeune, encore plein d’espoir, inconscient ou ignorant, il ne savait plus.
L’homme soupira et regarda Jeck dans un silence pesant.
- Vous êtes caporal hein, vous avez dû en voir de belle, je veux pas dire que ce qui ce passe ici est terrible, mais ça les et nous avons besoin d’un chef, les type la dehors, ils ont en besoin.
- Ne vous en fait pas, (répliquât-il) je sais ce que j’ai à faire.
L’ODST fit une mine rassurée et salua Jeck rapidement d’un geste de main.
- J’espère bien, j’ai pas envie de finir ici, dit-il tout en laissant un léger rictus envahir la salle.
Jeck lui tourna le dos, et soudainement dans une réflexion étonnante il se retourna lui posant une dernière question.
- Dite moi soldat, quel est votre nom ?
- Moi ? Bryan, Bryan Wesley pour vous servir ha ! exposait-il avec fierté.
- Eh bien Bryan, soyez prêt, car nous n’avons pas finis d’en bavé.
A c’est mots l’ODST rigolait à nouveau, il prit son M45-TS et mis son casque attendant les ordres un peu plus loin.


Jeck arrivé devant une porte et un marine l’accueilli avec une information des plus délicate.
- Caporal Anderson, j’ai une information venant du Caporal Sorince.
- Parlez librement 1ère classe.
- Le Sergent Ryan Hick est hors combat et nous avons de nombreux blessé.
- Hors combat vous dites ?
- Veuillez me suivre.
Il ouvrit la porte et une infirmerie ou plutôt un sol remplis de caillasse et de marine avec des bandages occupé la pièce.
- Bien Marine, veuillez disposer.
- A vos ordres.
Jeck observé la pièce, elle était petite et le nombre de corps gisant n’était pas non plus alarmant au vue du nombre d’ennemie dans les environs. Il fit monté le ton de sa voix et dans un élan de supériorité il demanda ou ce trouvé le Caporal Sorince.
Un Marine cheveleux avec un M45-TS s’approcha de Jeck, arrivé devants l’ODST l’on aurait dit que l’homme semblait épuisé, mais il ne semblait pas le montré, ils l’étaient tous après tout.
- Caporal Jeck Anderson, Hicks est à terre donc?
- A terre mais en vie, ça aurait pu être pire...Confia le marines en enjambant le corps du concerné. Vous avez eut le temps d'appeler des secours?
- Oui, mais les transmissions sont brouillées, ils semblent tout de même avoir reçu mon message.
Jeck était curieux, la transmission avait était effectivement envoyé mais les réponse de la navy était totalement contradictoire parlant d’évacuation de civil ect.. Il avait décidé de ne pas réellement expliquait ce détail au caporal vue qu’il était loin de toute installation citoyenne.
- Splendide, quand est-ce qu'on est évacué? S'enquit de demander le caporal chevelu d'un air soudainement enjoué.
- Au vu de la situation, je ne peux rien affirmer.
La marine semblait baisser la tête dans un long et étrange silence, fixan c’est chaussur celui-ci ce mit à rire dans un râle durant une bonne minute.
- Super...Aha...Fantastique ! On sait qu'ils ont reçut l'appel, mais on ne sait pas si ils vont faire quelque chose pour nous aider, nous voilà bien avancés ! Personne n'arrive à communiquer avec nos gars là-haut, personne ne sait s’ils ne sont pas déjà sous la forme de carcasses démembrées et à moitié calcinée flottant dans le vide spatial. Avancés? Que dis-je, c'est bien plus que ça, nous sommes carrément sauvés ! Il marqua une pause. Je sais pas ce que vous en pensez mon vieux, mais moi je trouve que c'est une journée de merde.
Un nouveau silence pesant ce fit entendre dans la salle, l'ODST s'approcha de son collègue marines en relevant la tête :
- Il nous reste l'espoir, c'est déjà ça...De toute manière, si ils comptent nous évacuer, ils ne le feront pas ici.
- Super, cracha le marines, excédé par le calme de son interlocuteur. Vous avez un plan?"

Anderson se dirigea d'un pas lent vers la fenêtre du bâtiment. Il s'arrêta devant cette dernière et fixa la fumée surplombant la carcasse du vaisseau covenants au loin durant quelques secondes, il réfléchissait, il était déjà allé sur Jericho pour une mission d’initiation et d’infiltration pour le SRN, il savait et connaissait le terrain sans doute comme personne ici. Il se souvenait du fameux hangar souterrain, de la fameuse base du SRN caché et dissimulé dans le cœur de Jericho, une petite installation qui sans doute pouvait leur sauver la vie.
- Si je ne me trompe pas, une évacuation tactique doit se faire dans une zone libre, hors la zone rebelle est une zone dite fragile. Le regard perdu dans le lointain, il continua : Toutefois, si nous arrivons de l'autre côté du croiseur, il est possible de nous en sortir. Il y a un avant-poste de l'UNSC dans le coin.

Cette dernière révélation fit cligner les yeux du Marine.
- Vous auriez pu le dire plus tôt...Les blessés pourront pas faire le voyage. Il faut que quelqu'un les défende. Mes gars et moi allons les retenir aussi longtemps que possible pendant que vous et les vôtres irez chercher nos potentiels taxis. J'échangerais volontiers les rôles mais je ne sais absolument pas où se trouve ce fichu avant-poste...Rassurez-moi vous savez où il est?
Jeck Hochat la tête, il connaissait parfaitement le térrain, le marine chevelu lui tapa l'épaule avant de conclure en ajoutant. Notre warthog gauss fonctionne encore, il vous sera plus utile qu'à nous, je vous laisse briefer vos gars, je brieferais les miens."

Anderson appréciait le marine, lui-même ne savait pas bien pourquoi, mais ce type avait un caractère franc et distinct, il savait ce qu’il voulait et il avait lui aussi un esprit tactique des moins commun, mais par-dessus tout, il faisait confiance en Anderson et ça, c’était une qualité de valeur pour lui.
Jeck le salua de façon millitaire comme il était rare d’en voir entre marine, tournant les talons il se dirigeât vers la sortie d'un pas rapide avant de s'arrêter brutalement.
Il venait de pensé à John à nouveau et les mots sortirent comme s’il ne pensait à rien d’autre.
- Un de vos hommes est important à mes yeux, pourriez-vous veillez sur lui?
- Dites toujours son nom, j'essaierais de faire attention. Lâcha l'intéressé d'un ton fatigué.
- Première classe Anderson, John Anderson.

- Bien, je le maintiendrais en vie...Mais sa survie dépend surtout de votre rapidité d'action. Bonne chance.
- Ne vous en faites pas, je sais ce que j'ai à faire. Dit-il avant d'ajouter. Bonne chance à vous aussi.
Jeck avait un sourire, il avait répété cette phrase à quasiment tout le monde, peut-être était-ce devenue un tique ou bien la seul phrase rassurante qu’il connaissait enfin, il ne perdait plus espoir, il se le jura, il ne perdrait plus jamais espoir.

Jeck alluma sa liaison COM immédiatement convoquant par la même occasion les quelques ODST lui restant.
- Escouade Alpha, regroupement dans la cour, je veux aussi le reste de l’escouade Delta, terminée.
Les ODST vint rapidement à rejoindre Jeck, tous était plus ou moins en forme ce qui lui laissé l’espérance que la situation ne sois pas des plus dérisoire pour le moment.

- Messieurs, nos amis les marines vont rester ici, nous partons vers un avant-poste de l’ONI de l’autre côté du croiseur covenant écrasé. Si je ne me trompe pas, le bâtiment devrait avoir des véhicules dont des pélicans. Nous avons quelques warthog dont le gauss, ce qui veut dire que nous allons devoir nous dépêcher, la survie des blessés et des hommes ce trouvant dans cette base dépend de nous (il regardait chacun d’entre eux, comme pour regardait leurs réaction, certain soupirait, d’autre écouté) Je compte sur vous tous pour la réussite de cette mission, je place la position de la base sur vos écran tactique, si nous voulons gagné de la vitesse (il s’arrêta un court instant) nous allons sans doute devoir passé par le vaisseau covenant.

- Des questions ?
Un silence ce fit entendre laissant Jeck donnée plus de précision sur le travail de chacun.
- Bien, le warthog gauss serra derrière la troupe, un autre warthog mitraillera devant, Djerin tu monte dans celui de devant avec Moralez, Hordika avec moi au gauss, Bryan (il salua celui-ci) tu montes avec moi aussi. Le reste de l’escouade Delta dans le warthog de devants. Allez, prenez de quoi boire et on y va !

_________________



Spoiler:
 


"Parce que nous savons ceux qui ont chuté pour cette terre, nous n'abandonnerons rien et encore moins les vivants.

"Allez bougez vous, on a une race à sauver bande de con !" Bryan Wesley, UNSC Artemis

"Je sais pas trop en quoi croire soldat, la guerre, la victoire, tout cela nous dépassent, mais une chose est sûr, c'est que ces balles messieurs, elles font mal aux Covenant, et tant que j'en aurais, ils souffriront." Jeck Anderson, lieu inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.halofight.fr/t4218-presentation-jeck-anderson
Calius Slyter
Marines, 1ere Classe
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 21
Date d'inscription : 18/06/2013

Feuille de personnage
Arme n°1 : MA37
Autre Compte :
Arme n°2 : M6D

MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   Mar 11 Fév 2014 - 21:38

Calius était la, a finir les dernières petites modifications sur le char Scorpion. Les plaques de blindages supplémentaire qu’il souda, avec un vieux fer a soudé qui ce trouver déjà sur place, ce composer de plaque de tôle trouver par terre, ou sur des bouts de blindage de warthog qui ce trouver dans la cours, et complètement hors service. La vielle tourelle fut remplacer par l’une des tourelles qui ce trouver aussi dans la base. La petite centaine d’obus ce trouvaient a coter, protéger par des boites en métal. Une fois fini, avec son collègue Sistorio, ils mangèrent les rations qu’on leur avait distribuées. Assit sur leur trouvaille, ils virent une petite escouade de marines, avec un ODST, se regroupé.

- Les poseurs de pièges… Fit Sistorio en lui donnant un petit coup de coude. Leur sac est bardé d’explosif… Si un seul de ces covies survivent à une explosion de ses bombes, je mange mon casque !

Le petit groupe de marines partirent donc hors de la base, et commencèrent à miner le terrain. Les deux marines les regardé faire, en imaginant les dégâts que cela pourrait causer chez leurs ennemis.

-Bon, pas tout sa, mais on doit ce remettre au boulot ! Fit Calius, en accompagnant, par sa parole, le faite qu’il sauta a terre. Occupe-toi de…De remettre ce tas de ferraille en marche !

-Mais bien sur mon colonel ! Dit Sistorio, le sourire à la lèvre.

Les deux hommes ce remirent donc en marche, pour que ce char reprenne sa grandeur dentant. Alors que Calius était encore occupé a soudé quelque plaque supplémentaire, il put entendre des marines parlé.

-Il fait ce qu’il veut après tout… Je ne suis pas nounou…

Il souleva ses lunettes noires, pour voir le même groupe de soldats qu’avant, mais avec une seule différence… L’ODST n’était pas la. Où il était, il n’en avait aucune idée… Mais vu les paroles du marines, il devait être partit seul quelque pars… Mais ce n’était pas sa priorité. Non, son but, c’est ce char… Une fois fini la soudure, il posa le matériel pour allez dans la cabine de pilotage. Le siège était à moitié ronger, et vraiment pas agréable… Mais il fallait de ce contenté de sa. Le voila qu’il commence à bidouiller tout les boutons, et pour ce rencontre que plus de la moitié du système ne marchait plus. Encore heureux que avant son engagement dans les marines, il suivait des études d’électricien.

-Reflex !

A peine trouver l’origine de cette appelle, Calius ce reçu une bouteille d’eau en pleine face.

-Allez, bois. On m’en a donné une pour toi, donc profite… Je ne suis pas sur qu’il en reste encore plein dans le warthog…

-Merci, répondit le bleu, mais j’ai autre chose à faire la…

-Ha oui ? Sistorio mis sa tête dans la cabine, pour voir des fils entourer les mains de Calius. J’ai l’impression que sa ne marche pas très bien…

-Ha sa… Pas du tout… Regarde sa. La, sa doit afficher le nombre de munition, et il me dit que j’en ai… Une infinité… Je ne savais même pas qu’on pouvait avoir une infinité d’obus dans un char…

-Oui… Sur que la… Il y a de petit problème… Et tu a… Ha, attend.

La tête de son ami sortit du cockpit, puis, 30 secondes plus tard, réapparu.

-Allez, on nous demande pour un petit speech !  

Calius ce débâti pour sortir de la cabine, pour finalement, sauté a terre, et suivre son ami au pas de course. Une fois arriver a ce qui ressemblé a une réunion, il ce mit en place sur une des boites a munitions, assez en hauteur pour surplomber un peut tout le petit groupe de marines restant. Le caporal Sorince ce mit devant les marines, et un long silence arriva… Il avait l’air de nous scanner tous, un par un… Puis, il prit la parole.

-Messieurs, mesdames, j'ai la joie de vous annoncer que nous ne sommes, peut-être, pas condamnés. Jeck Anderson, le boss de nos amis en noirs, sait où trouver les taxis qui nous permettront de quitter cet enfer, il va partir avec ses gars encore en état les chercher et pendant ce temps-là, nous, nous allons retenir l'ennemi.

Cool… On a enfin trouvé une solution et partir de ce tas de boue… D’un coup, le caporal le regarda fixement, et continua son discours.

-Votre "trouvaille", Calius risque fort de nous être extrêmement utile, je vais vous aider a prendre soin de ce tank.

Il ce mit à claquer des mains et dit d’une voix plus forte.

-Couvrez toutes les entrées ! Si vous êtes submergés, prévenez les autres escouades et repliez-vous dans le bâtiment derrière-moi, les meilleurs héros sont les héros vivants alors inutile de se sacrifier bêtement, on est déjà en infériorité numérique...Anderson ! Venez avec moi et Calius a l'entrée Nord, un certain helljumper m'a dit de vous maintenir en vie alors c'est ce que je vais faire, sinon on va encore jaser... Allez messieurs, magnez-vous le train !

Enfin… L’heure arrivée… L’heure de l’affrontement… Tout le monde ce mit en place dans les tranché faite pour l’occasion, ou dans les bâtiments. Calius ce positionna au niveau de Sorince et de ce Anderson, puis ce mit a parler.

-Caporal, Anderson, je me suis senti bon de vous expliquer un peut l’état de « ma trouvaille ». Ce tas de ferraille est complètement immobile. Il allait déjà pas vite, mais avec le matos que l’on a monté dessus… Ensuite, on a une chance sur 5 de tiré a vide… Le magasin est troué, et les obus tombent de temps en temps. Si les aliens nous laisse un peut de temps, on aura peut être le temps de le réparez dans une dizaine de minute.

Calius désigna du doigt son ami en train de soudé une plaque de fer au niveau du magasin du char. On peut même encore distinguer le trou qui si trouver.
 
-Et l’intérieur… Je ne vous en parle pas… Enfin, si, obliger… Il faudra compter 2 tirs par minute. Le système de recharge auto est griller, et je dois procéder manuellement. Je ne sais pas ce que voulez faire les rebelles avec sa, car il est vraiment pas super au top. On pourra comme même tiré sur des cibles précises. Il n’a pas perdu de son art pour ce qui est de ce coté.

Une fois sa phrase fini, il ce tourna vers Sorince.

-Dite moi une cible, et je vous l’explose Caporal !

Calius fit un salut, et ce mit à courir vers le char. Puis il s’arrêta dans sa course. Il oublier une chose a dire… Qu’il n’avait encore jamais dit au paravent… Il se retourna, puis regarda son supérieur.

-Si cela ce passe mal… Je voulais vous dire que ce fut un honneur de ce battre a vos coté…

Une fois c’est mots dit, il retourna dans son char, à bidouillé les circuits électriques. Il ajusta le cibleur en face de la base, positionna son arme a coté de lui, puis ouvrit sa bouteille d’eau. Une gorgé d’eau vite fait avaler, et le voila repartit dans son travaille de rénovation du char.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération Deep Fire - Surface   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération Deep Fire - Surface
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fire Emblem Awakening
» [Salon] Génération 80 2eme édition 28 et 29 mai 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» Nouvelles regles escarmouche : Rate of Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halo Fight :: Espace neutre. :: 
Planètes Vitrifiées
 :: Jericho VII
-
Sauter vers: